"Inherent Vice" : Joaquin Phoenix crève encore l'écran

  • A
  • A
"Inherent Vice" : Joaquin Phoenix crève encore l'écran
Partagez sur :

PERFORMANCE - L'acteur de "Her" campe un détective hippie aussi charismatique que décontracté.  

Disons-le immédiatement pour éviter toute mauvaise foi : l'intrigue d'Inherent Vice, sur les écrans mercredi, est (particulièrement) difficile à suivre. Mais le dernier film de Paul Thomas Anderson, adapté du roman de l'écrivain américain Thomas Pynchon Vice caché, publié en 2009, n'en reste pas moins un petit bijou comique et décalé, plein de trouvailles. Plus que tout, c'est une fois de plus Joaquin Phoenix qui crève l'écran. Brillant dans Her, dans The Immigrant ou dans Walk the line, il ne fait ici aucun faux-pas et démontre, encore, son immense talent d'acteur.



Le pitch. 1970. Los Angeles. La plage. Le détective privé Larry Sportello, dit "Doc", voit débarquer son ex-petite amie. Elle lui fait part de la disparition de son amant, un riche promoteur immobilier, marié. Doc se lance dans une enquête embrumée, notamment par les relents de marijuana, qui mettra sur sa route une mystérieuse organisation appelée le "Croc d’or", ou encore des nazis, une jeune fille fugueuse et des dentistes…

Pour le hippie qui est en lui. Joaquin Phoenix, les pieds noirs de crasse, le regard de quelqu'un qu'on vient tout juste de tirer de sa sieste, les cheveux et la barbe hirsute et fumeur de shit, incarne Doc Sportello, le détective privé le plus "peace" de la planète. Avec ce héros un peu sale, mais surtout très cool, on nage en plein délire. Avec son jeu de regards embués, son penchant incontrôlable pour la drogue, et sa voix aux accents doux et innocents, l'acteur incarne le parfait hippie.

hippie

Pour sa maîtrise du jeu. Joaquin Phoenix n'est généralement pas très bavard au sujet de ses rôles. L'acteur de The Immigrant est pourtant bluffant à l'écran. Sa performance dans Inherent Vice est d'autant plus impressionnante qu'il est quasiment de tous les plans. Face à Josh Brolin dans la peau d'un flic écrasé par sa femme et Benicio del Toro en avocat qui maîtrise sur le bout des doigts le droit maritime, ou encore à Reese Witherspoon en femme d'affaire sous le charme, il construit un personnage décontracté, cohérent et charismatique.

Joaquin Phoenix

Improvisation. Paul Thomas Anderson avait parfois "trois visions différentes de la même scène", a confié l'acteur au Guardian. Phoenix commençait alors à jouer, mais le réalisateur proposait immédiatement d'essayer autre chose, et il fallait composer avec tout cela sur le plateau. "Tu commences à tenter d'intégrer rapidement ces nouvelles directives", et puis il faut créer, dans cet espace d'improvisation, explique l'acteur. "Tu ne sais jamais vraiment ce qui va se produire ensuite". Son jeu instinctif est tout simplement parfaitement juste. Pas une intonation fausse, pas un regard à côté.   

Joaquin Phoenix

>> A lire aussi - Her : à quoi ressemble l’amour 2.0 ?