Guillaume Canet a "ressenti le besoin d'échanger avec Maurice Agnelet"

  • A
  • A
Guillaume Canet a "ressenti le besoin d'échanger avec Maurice Agnelet"
"André Téchiné s'est servi de ce fait divers pour faire un film comme il sait les faire, un film de personnages", raconte Guillaume Canet.@ DR
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'acteur est entré en contact avec le véritable avocat niçois pour se glisser dans sa peau à l'écran.

Cinq ans après La fille du RER, André Téchiné met à nouveau en scène un fait divers avec L'homme qu'on aimait trop, sur les écrans mercredi prochain. Celui de la disparition énigmatique, en 1977, de la jeune Agnès Le Roux. Un meurtre sans cadavre, pour lequel l'avocat niçois Maurice Agnelet a d'abord bénéficié d'un non-lieu en 1986, avant d'être acquitté en 2006, puis condamné en appel en 2007 à 20 ans de réclusion. En avril, cette même peine a de nouveau été prononcée, au terme d'un énième procès, marqué par le déchirement du clan Agnelet. Guillaume Canet, qui incarne l'avocat niçois à l'écran, a éprouvé le besoin de l'entendre durant le tournage. Il l'a raconté à Europe 1. 

Comment adapte-t-on un fait divers ? L’homme qu’on aimait trop, présenté hors compétition au Festival de Cannes, se concentre sur les crispations et les passions qui agitent le famille Le Roux, juste avant la disparition d’Agnès. Des tensions familiales d'abord, entre la mère et la fille, incarnées avec brio par Adèle Haenel et Catherine Deneuve, mais surtout amoureuses, entre Maurice Agnelet, incarné par Guillaume Canet et sa jeune maîtresse. "Quand on part d'un fait divers, c'est vrai qu'il y a une volonté encore plus forte de coller à la réalité, et de ne pas décevoir les gens qui sont concernés", explique Guillaume Canet au micro d'Europe 1. "Mais il faut que ce soit le prétexte à créer une fiction", confie l'acteur. 

Il a éprouvé "beaucoup de plaisir à se glisser dans la peau de Maurice Agnelet : 



Guillaume Canet : "J'ai ressenti le besoin d...par Europe1fr 

"J'ai ressenti le besoin d'échanger avec Maurice Agnelet". Pour préparer ce rôle ancré dans l’actualité, Guillaume Canet a "ressenti le besoin d'échanger" avec le "vrai" Maurice Agnelet. Les deux hommes se sont parlé au téléphone. "J'avais besoin d'avoir son sentiment sur certaines scènes", raconte Guillaume Canet, "donc ça a été très constructif." S'est-il attaché au personnage ? "On met de soi dans un rôle, on se l'accapare donc forcément, on s'y attache", dit-il "mais ça reste du cinéma." 

>>> A lire aussi : Comment Guillaume Canet s’est "attaché" à Maurice Agnelet

"Le but était de faire un film impartial"



Guillaume Canet : "Le but était de faire un...par Europe1fr

 "André Téchiné s'est servi de ce fait divers pour faire un film comme il sait les faire, un film de personnages", raconte Guillaume Canet, avant de préciser : "son but, et le mien, était bien de faire un film impartial". "D'ailleurs, on ne donne aucune réponse aux questions que tout le monde se pose encore aujourd'hui". C'est lorsque Maurice Agnelet a appris  que le frère d'Agnès Le Roux avait co-écrit le scénario, qu'il s'est inquiété de l'impartialité du film. "J'ai vraiment voulu le rassurer", raconte l'acteur. "J'ai pu lui expliquer le film qu'on était en train de faire, et lui a pu me donner son sentiment sur les scènes que je lui ai racontées."

Intime conviction ? "Non, je n'ai pas d'intime conviction sur l'affaire Le Roux après ce film" affirme Guillaume Canet, qui souligne pourtant le côté "accablant" du dernier procès, "avec les déclarations très sincères du fils de Maurice Agnelet. Ce qui est terrible justement, c'est que  cette affaire restera quand même, en tout cas à mes yeux, une énigme, parce qu'on n'a malheureusement aucune preuve réelle. Et c'est ça qui est terrible pour la famille."  

Après le rôle de Maurice Angnelet, Guillaume Canet restera dans le registre du fait divers. Il incarnera le "tueur de l'Oise" du prochain film de Cédric Anger, et le médecin italien Michele Ferrari, au cœur du scandale de dopage dans le film de Stephen Frears sur l'affaire Lance Armstrong.  

>>> VIDEO: Les infos insolites sur Guillaume Canet

L'homme qu'on aimait trop, d'André Téchiné, avec Guillaume Canet, Catherine Deneuve, Adèle Haenel. Sortie le 16 juillet, avec Europe 1.