Elle l'adore : le "polar comique" façon Jeanne Herry

  • A
  • A
Elle l'adore : le "polar comique" façon Jeanne Herry
@ DR
Partagez sur :

CINÉ - La fille de Miou-Miou et de Julien Clerc signe un premier film surprenant, entre comédie et thriller.

Elle l'adore c'est l'histoire de Muriel, une femme ordinaire, dont la vie est tout ce qu'il y a de plus normale. Esthéticienne, séparée du père de ses enfants et surtout, Muriel est aussi fan du chanteur de variété Vincent Lacroix, dont elle suit de près toute l'actualité. Un soir, l'impensable se produit : le chanteur sonne à sa porte et lui demande un très grand service : il la supplie de l'aider à se débarrasser d'un corps. La vie de Muriel bascule.  Avec Elle l'adore, sur les écrans le 24 septembre, Jeanne Herry livre un film particulier, car complètement inclassable. Europe 1 vous dit pourquoi.



Des ingrédients comiques dans le thriller. "J'avais envie d'écrire un polar, un peu rigoureux dans l'écriture mais avec de la drôlerie." Ce mélange, c'était le point de départ de la réalisatrice. Elle l'adore navigue donc entre le thriller et la comédie, sans choisir. "Quand j'ai lu les dialogues et la construction du film, c'est vrai que j'ai été assez sidérée devant un scénario aussi haletant et aussi drôle à la fois", confie Sandrine Kiberlain.

>>> A lire aussi : Sandrine Kiberlain, fan parfaite dans "Elle l'adore"

Au cœur du film, une affaire de cadavre, qui implique très vite l'ouverture d'une enquête policière. Autant d'éléments qui appartiennent explicitement au genre du polar. Mais le thriller est entrecoupé de respirations comiques. La réalisatrice exploite, aux moments les plus inattendus, le comique de situation, le comique de répétition, des quiproquos, ou les décalages pour provoquer le rire.

"Un polar avec des personnes qui n'ont rien à faire dedans." Les personnages portent l'essentiel de la part humoristique du film. Jeanne Herry voulait réaliser "un polar avec des personnes qui n'ont rien à faire dedans", a-t-elle expliqué à Europe 1. La réalisatrice affuble d'entrée de jeu son personnage principal, Muriel, interprétée par Sandrine Kiberlain, d'un trouble à fort potentiel comique : la mythomanie. Dès la première scène, on la découvre racontant des histoires abracadabrantes à son entourage navré. L'innocence du personnage et la façon qu'elle a de croire à ses histoires vont finir par désarçonner des gens censés plus intelligents.

Même charge comique dans le portrait que la réalisatrice fait des deux flics chargés de l'enquête dans le film. Ils semblent cette fois tout droit sortis d'une comédie. Olivia Côte et Pascal Demolon dans le rôle d'Antoine et de Coline, sont irrésistibles, incapables de séparer leur vie professionnelle de leur vie privée. C'est d'ailleurs de leur relation passionnelle que va venir le tournant du film.

Elle l'adore, avec Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte, au cinéma le 24 septembre, avec Europe 1.