Déjà 3 millions d'entrées pour "La famille Bélier"

  • A
  • A
Déjà 3 millions d'entrées pour "La famille Bélier"
Partagez sur :

BOX-OFFICE - Le film porté par François Damiens, Karine Viard, Louane Emera et Eric Elmosnino a très bien démarré. 

La comédie d'Eric Lartigau, "La famille Bélier", a franchi le cap des trois millions de spectateurs en 19 jours, a annoncé mardi le distributeur Mars Distribution, qui va augmenter le nombre de copies à partir de mercredi. Au cours de cette période, 3,182 millions de billets ont été vendus pour ce long-métrage, qui compte au générique Karin Viard, François Damiens, Eric Elmosnino et la jeune Louane Emera.



Nombre de copies en hausse. A titre de comparaison, le méga-succès de 2014, "Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu", avait atteint 3,4 millions de spectateurs après deux semaines d'exploitation. Et 12,24 millions au total en France pendant toute la période où il était à l'affiche. Pour la quatrième semaine d'exploitation, le nombre de copies de "La famille Bélier" va passer à 814 sur l'Hexagone, contre 685 jusqu'à présent.

>> LIRE AUSSI - Louane Emera, de The Voice à La famille Bélier

"La famille Bélier" suit la vie d'une famille d'agriculteurs sourds dont la fille aînée, la seule entendante, possède un don pour le chant. Encouragée par son professeur de chorale, elle prépare le concours de la maîtrise de Radio France. Ce film recycle avec bonheur des tubes de Michel Sardou, dont le prof de chant (un génial Eric Elmosnino) déclare qu'il "est à la variété française ce que Mozart est à la musique classique". A noter aussi la performance de Karine Viard et François Damiens en parents sourds et muets. Invité de Nikos Aliagas avant la sortie du film, mi-décembre, l'acteur belge s'était confié sur ce rôle : 



François Damiens : "J’ai une fascination pour...par Europe1fr

Véronique Poulain, la femme qui a inspiré le film et dont le rôle est joué par Louane Emera dans le film avait raconté ses souffrances d'adolescente à Thomas Sotto avant la sortie du film. 



Véronique Poulain : "L’adolescence, c’était la...par Europe1fr