Debbouze: "c'est pourri Néchin, Gérard"

  • A
  • A
Debbouze: "c'est pourri Néchin, Gérard"
@ Capture Europe 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Pour l'humoriste, ce n'est pas "dans la poche" de Depardieu "qu'on va trouver la solution".

>> Jamel Debbouze est à l'honneur sur Europe 1 jeudi. Il est l'invité d'Europe 1 matin à 7h45, du "Grand Direct des médias" entre 9h et 10h ainsi que de l'émission "Faites entrer l'invité" de 10h à 11h30. Au micro de Bruce Toussaint, l'acteur et humoriste est revenu sur la polémique liée à Gérard Depardieu ainsi que sur la politique et le déplacement de François Hollande en Algérie. Extraits.

• Gérard Depardieu et son "cholestérol". Le départ de l'acteur en Belgique a suscité de nombreuses critiques dans les milieux de la politique et du cinéma. La dernière en date : celle de l'acteur Philippe Torreton qui a attaqué la star française dans une tribune au vitriol publiée mardi par Libération : "Alors Gérard, t'as les boules ? ". Dans ce concert de critiques, l'acteur français Jamel Debbouze a pris le parti de ne pas aboyer avec les loups. "Philippe Torreton, il n'a que ça à faire de dire qu'il est contre Gérard Depardieu. Et puis, on n'a pas autre chose à faire que de parler de ça. Il y a des gens qui galèrent. La politique doit faire autre chose que de trouver des mini-mesurettes symboliques pour sortir la France du marasme. Ce n'est pas là que ça se passe", lance le comédien, invité jeudi sur Europe 1, en faisant allusion à la fameuse taxe à 75%.

"Franchement, ce n'est pas dans la poche de Gérard Depardieu qu'on va trouver la solution. Oui, il s'est barré. Effectivement, il est emblématique mais on s'en fout", a martelé Jamel Debbouze. "Gérard Depardieu, il fait très, très bien son travail. C'est la raison pour laquelle il nous a fait rêver. Maintenant, qu'il aille à Néchin. C'est pourri Néchin, Gérard ! Qu'est ce qu'ils vont faire de tout ce cholestérol. Ils vont galérer les mecs",  a plaisanté l'acteur.

• L'Algérie et les blessures "béantes". Celui qui avait obtenu le prix d'interprétation à Cannes pour Indigènes voit également d'un bon œil le déplacement de François Hollande en Algérie. Même s'il est lucide sur la question de la colonisation. "Je ne pense pas qu'en un voyage on puisse tout apaiser et tout régler. Mais il faut absolument que les chefs d'Etat mettent des mots sur toutes ces blessures, encore trop béantes. Et c'est vrai que les chibanis (les anciens immigrés maghrébins, ndlr) sont encore trop maltraités. Ces gens qui ont combattu pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale sont encore dans des foyers Sonacotra, c'est un scandale", a déploré Jamel Debbouze. 

"Si Hollande peut rectifier, rétablir une vérité, remettre un peu de baume au cœur à ces gens qui se sont battus pour la France et qui ont été fiers de le faire. Ça serait bien, ça serait honnête", espère l'acteur d'origine marocaine.

• Sarkozy est "Joe Dalton". Jamel Debbouze a rencontré une seule fois l'actuel locataire de l'Elysée. "J'ai pris beaucoup de plaisir à discuter avec cet homme qui est brillant et qui mérite la place qu'il a. Je trouve le discours plus doux. Je le préfère cent fois. Quand on était sous Joe Dalton, c'était un peu plus tendu. Il voulait nous "karcheriser". Je préfère l'air Winnie l'ourson", a raillé l'humoriste qui n'est pas "déçu" du début de mandat de François Hollande.

"Les problèmes auxquels sont confrontés les gens sont des problèmes qui sont là depuis bien longtemps. Si ArcelorMittal est dans la merde, ce n'est pas à cause de François Hollande c'est parce que les installations n'ont pas été revues depuis des années. C'est à cause de Jacques Chirac, François Mitterrand, Valéry Giscard d'Estaing. Ce n'est pas de la faute de ceux qui prennent les manettes aujourd'hui. Ils prennent un corps malade. Courage !", a exhorté Jamel Debbouze qui assure être de "tout cœur avec ce gouvernement".