Deauville rend hommage à Terry Gilliam

  • A
  • A
Deauville rend hommage à Terry Gilliam
Terry Gilliam à l'ouverture du 36 ème festival de Deauville.@ REUTERS
Partagez sur :

La 36ème édition du festival du cinéma américain de Deauville s'est ouverte vendredi soir.

La 36ème édition du festival du cinéma américain de Deauville (Calvados) s'est ouverte vendredi soir pour dix jours par un hommage à Terry Gilliam qui fut l'un des membres des Monty Python, la célèbre troupe londonienne de comédiens humoristes.

"C'est très sympa de recevoir un hommage avant de mourir", a plaisanté Terry Gilliam, 69 ans, en arpentant le tapis rouge pour la cérémonie d'ouverture. Il avait été précédé par l'ambassadeur américain Charles Rivkin et les membres du jury conduit par sa présidente, la comédienne Emmanuelle Béart.

Côté cinéma, le coup d'envoi du festival devait être donné dans la soirée par la projection de l'un des longs métrages de Terry Gilliam, "Brazil", un film d'anticipation qu'il a réalisé en 1985. Il raconte le destin d'un fonctionnaire, dans un monde totalitaire, qui, pour avoir voulu corriger une erreur administrative, va être rapidement perçu comme un dissident.

Hommage à Annette Bening

Durant le festival, les spectateurs pourront voir l'intégralité de l'œuvre de Terry Gilliam depuis la parodie médiévale "Monty Python sacré Graal" (1975) jusqu'à "L'imaginarium du docteur Parnassus" (2009) où il est question d'un pacte avec le diable.

Le festival rendra un deuxième hommage, à la comédienne Annette Bening, deux fois Oscar de la meilleure actrice pour ses rôles dans "American Beauty" (1999) et dans "Adorable Julia" (2004). Elle viendra défendre à Deauville deux films dont l'un en compétition, "Mother and Child", où se croisent les destins de trois femmes confrontées à la maternité.

Place aux séries

Documentaires et films présentés en avant-première sont au menu du festival qui fera place pour la première fois aux séries télévisées avec "Deauville saison 1", une nouvelle section faite de nombreuses projections et de rencontres entre scénaristes américains et français.

Côté compétition, la sélection officielle qui puise cette année dans l'intimité de l'univers familial compte douze longs métrages dont huit premiers films. Le Grand prix sera décerné le samedi 11 septembre. En 2009, le jury présidé par Jean-Pierre Jeunet, le réalisateur d'Amélie Poulain, avait primé "The Messenger", un film d'Oren Moverman qui avait pour toile de fond la guerre en Irak.