Ces rôles qui collent à la peau

  • A
  • A
Ces rôles qui collent à la peau
@ MAXPPP ET REUTERS
Partagez sur :

Daniel Radcliffe, alias Harry Potter, n’est pas le seul acteur à ne faire qu’un avec son personnage.

Le dernier volet de la saga Harry Potter Les Reliques de la mort est sorti mercredi en France. Outre-Atlantique, il fait déjà un carton puisqu’il a pris la tête du box-office avec 125 millions de dollars de recettes pour son premier week-end d'exploitation. Un succès à double tranchant pour son héro, Daniel Radcliffe, à qui le rôle colle à la peau. Mais qu’il se rassure, Daniel n’est pas le seul acteur à se confondre avec son personnage…

Sarah Jessica Parker, alias Carrie Bradshaw

Après six saisons intenses et deux films dans la peau de Carrie Bradshaw, difficile pour l’actrice Sarah Jessica Parker de se défaire de l’image de l’héroïne new-yorkaise. Malgré de très nombreux rôles dans des séries dès 1980 et dans des films comme Piège en eaux troubles sorti en 1993 ou plus récemment Où sont passés les Morgan ?, sorti en 2009, Sarah Jessica Parker reste avant tout, pour ses fans, celle qui incarne Carry Bradshaw.

La bande annonce du film Sex and the City, sorti en 2007 :

Macaulay Culkin, alias Kevin McCallister

Son joli minois dans Maman j’ai raté l’avion, sorti en 1992, a fait de lui une star dès le début des années 90. Mais après seulement six ans de carrière, Macaulay Culkin s’est lassé de son métier d’acteur et a quitté les devants de la scène. Malgré une tentative de retour en 2003, dans Party Monster, le blondinet, né en 1980, n’est pas parvenu à se refaire un nom. Il reste, pour beaucoup, le jeune Kevin McCallister, pire cauchemar des cambrioleurs.

Maman j’ai raté l’avion, sorti en 1992 :

Julie Andrews, alias Mary Poppins

Sa chanson "Supercalifragilistic" a bercé l’enfance d’un bon nombre d’entre nous. Julie Andrews, héroïne du film d’animation Mary Poppins, a fait de la nounou magicienne un personnage mythique. Bien que le film soit sorti en 1964, il reste un classique pour tous les fans de Disney, qui voient en Julie Andrews, LA Mary Poppins, malgré une dizaine de rôles, depuis, au cinéma.

"Supercalifragilistic"

Mark Hamill, alias Luke Skywalker.

C’est le rôle de sa vie. Quasiment inconnu lorsque George Lucas le repère, Mark Hamill a acquis le statut de star internationale dès la sortie de Star wars en 1977, dans lequel il campe le personnage de Luke Skywalker, fils de Dark Vador. Un succès qui lui a coûté sa carrière. Enfermé dans son personnage, ses quelques rôles dans de petites productions n’ont pas permis de le libérer de l’emprise de son personnage. Dans les années quatre-vingt, Mark Hamill a fini par laisser tomber le cinéma pour se consacrer pleinement au théâtre.

"Luke, je suis ton père" :

Paul Hogan, alias Crocodile Dundee

Le bel Australien n’est jamais parvenu à se défaire de l’image du bushman chasseur de crocodiles. Avec trois volets de Crocodile Dundee, dont le dernier est sorti en 2001, Paul Hogan n’a jamais percé au cinéma après le succès du film de l’outback. Aujourd’hui producteur et scénariste, Paul Hogan a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps pour avoir tenté d’échapper au service des impôts australien. La justice australienne a annoncé, mercredi, que le fisc abandonnait ses poursuites contre l’acteur.

Malgré une dizaine de films, Paul Hogan reste Crocodile Dundee :

Michael J. Fox, alias Marty McFly

Personne ne le traite de mauviette ! Michael J. Fox est devenu, grâce à de Retour vers le futur, une véritable star dès 1985. Après avoir campé le personnage d’Alex P. Keaton dans la série Sacrée Famille - personnage qui lui a longtemps collé à la peau - l’acteur américain s’est enfermé dans un autre personnage, celui de Marty McFly, à qui il doit son immense notoriété, mais aussi son image d’éternel adolescent.

"Personne ne me traite de mauviette" :

>> Vous avez d'autres exemples de personnages qui collent à la peau de leur interprète ? Laissez-nous vos commentaires !