Béjo : "je suis folle d'avoir accepté"

  • A
  • A
Béjo : "je suis folle d'avoir accepté"
L'actrice Bérénice Béjo est la maîtresse de cérémonie qui ouvrira le 65ème Festival de Cannes.@ MAXPPP
Partagez sur :

L'actrice Bérénice Béjo est la maîtresse de cérémonie qui ouvrira le Festival de Cannes.

C'est un rôle muet qui l'a faite connaître du grand public l'an dernier sur la Croisette. Mais mercredi soir, elle devra compter sur ses seuls mots pour ouvrir la 65ème édition du Festival de Cannes. L'actrice franco-argentine Bérénice Béjo est la maîtresse de cérémonie. Un nouveau rôle qui l'angoisse et pour lequel elle a beaucoup travaillé.

"Ce matin, j'ai eu un moment d'angoisse"

"C'est très angoissant", assure-t-elle à Europe 1. A quelques mètres de la scène du Palais des Festival où elle prononcera son discours, Bérénice Béjo n'en revient toujours pas. "Quand la porte s'est ouverte ce matin, j'ai eu un moment d'angoisse. Je me suis dit 'je suis folle d'avoir accepté !'", confie-t-elle.

"On fait beaucoup de répétitions. Hier et avant-hier on a répété tout l'après-midi. On répète les placements, les discours, avec des figurants qui font Nanni Moretti", a-t-elle détaillé mercredi matin au micro de Nikos Aliagas sur Europe 1.

Au programme un bref discours : "il s'agit de dire bienvenue, pas de parler politique ou de sa vision du cinéma", précise Bérénice Béjo. Un texte que la comédienne a travaillé avec les auteurs de la série à succès Bref, diffusée sur Canal+. "Elle nous a dit qu'elle ne voulait pas être trop drôle, parce que ce n'est pas le lieu pour faire une blague. Il n'y aura pas que des Français dans la salle donc il faut que le bon mot soit compris", explique Kyan Khojandi, le héros de Bref, à Europe 1.

"Etre à la cérémonie ce qu'une robe doit être à la comédienne"

"Elle veut être à la cérémonie ce qu'une robe doit être à la comédienne quand elle monte les marches. Soit la robe en fait trois fois trop et ça efface la comédienne, soit la robe met la comédienne en avant. Bérénice veut mettre en avant la cérémonie", poursuit Kyan Khojandi.

Pour Bérénice Béjo, l'enjeu est de "rester le plus naturelle possible, ne pas devenir lyrique et ne pas s'écouter parler", a-t-elle confié à Nikos Aliagas. Le dernier rôle de l'actrice - le doublage de la petite Mérida dans le prochain dessin animé de Pixar, Rebelle - l'a d'ailleurs beaucoup aidée. "J'ai beaucoup travaillé la voix, les expressions, les sentiments", explique-t-elle. La comédienne a par ailleurs appris à cette occasion à lire un prompteur.