Bande de filles : les actrices commentent deux scènes clés

  • A
  • A
Bande de filles : les actrices commentent deux scènes clés
Partagez sur :

CINÉ - Europe 1 a demandé à la réalisatrice Céline Sciamma et à ses actrices de revenir sur deux scènes marquantes de Bande de filles. 

• LE SCENARIO. Céline Sciamma n'aime pas beaucoup théoriser. Pour Bande de filles, son dernier film, sur les écrans mercredi, la réalisatrice a surtout cherché à "capter une énergie de groupe",dans l'instant. La réalisatrice de Tomboy est d'ailleurs partie de personnages qu'elle croisait dans la vie, dans la rue, et qui l'inspiraient. Son film  raconte ainsi l'histoire de Marieme et de trois autres adolescentes noires de banlieue, qui vont devenir amies. Marieme, notamment, qui vit ses 16 ans comme une succession d’interdits, va vivre, grâce à cette amitié, une parenthèse dorée. La caméra de Céline Sciamma suit les tribulations de ce "gang" de filles, fières, tendres et rebelles. A la fois esthétique et réaliste, Bande de filles montre, de l'intérieur, les codes de l'honneur qui régissent la vie dans la cité, les bagarres entre filles, l'échec scolaire, mais aussi la tendresse et l'amitié naissante.

• DECOUVREZ LA BANDE-ANNONCE :



• LE DEBRIEF

Nous avons demandé à la réalisatrice Céline Sciamma et à ses quatre actrices explosives, Karidja Touré,  Assa Sylla, Lindsay Karamoh et Mariétou Touré, de revenir sur deux séquences marquantes du film :   

# séquence numéro 1. Au tout début du film, une équipe féminine de rugby amateur regagne la cité. Peu à peu, les filles se détachent du groupe sécurisant pour rentrer chez elle, individuellement. Elles sont alors soumises aux regards des garçons, et aux lois tacites du quartier. La bande, qui ne forme d'abord qu'un corps bruyant, se désagrège et devient silencieuse.

"C'est une scène qui entre en contraste avec la scène d'ouverture", où des filles s'affrontent, en plan serré, sur un terrain de rugby, explique Céline Sciamma. "On voit cette équipe de filles puissantes, exubérantes, joueuses, et puis ces mêmes filles qui rentrent chez elles, toujours dans cette énergie, cette présence et soudainement, alors même qu'elles passent une frontière, le silence se fait sans que rien ne soit dit, sans aucune menace officielle ni aucune parole", raconte la réalisatrice.

"La scène raconte comment apparaissent brusquement des injonctions, qui sont liées à des lieux. Il y a des règles. Au fur et à mesure que la bande se désagrège, les fragilités ressortent", précise la réalisatrice. Cette séquence est aussi et surtout "le programme du film". "On n'est pas dans une théorisation, pas dans un discours, mais bien dans une scène de cinéma, avec ses sensations. On est dans quelque chose d'assez épidermique pour le spectateur qui ressent les choses, grâce aux outils du cinéma, avec le son, l'image, et surtout une ambiance nocturne, quasi de film fantastique."  

# séquence numéro 2. Dans une deuxième scène emblématique du film, les quatre filles, qui ont loué une chambre d'hôtel où elles jouissent d'une liberté totale, le temps d'une nuit, se mettent à danser et à chanter sur le célèbre titre de Rihanna, Diamonds, un titre que Céline Sciamma a décidé de garder dans son intégralité.

Les actrices du film, Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh et Mariétou Touré, racontent comment elles ont travaillé la "chorégraphie de cette "image de cinéma" :



Bande de filles : retour sur une scène...par Europe1fr

Ce qu'elles en disent "La scène de Diamonds était bien écrite", précise l'actrice Assa Sylla, qui joue Lady, l'une des jeunes héroïnes du film. Céline Sciamma avait seulement donné un cadre à ses quatre actrices, qui savaient par exemple dans quel ordre elles devaient entrer dans le champ de sa caméra. "Au début je savais que j'allais être en gros plan, que je devais ensuite lever la tête", raconte Assa Sylla, "avant que Lindsay (Karamoh, une autre fille de la bande) me rejoigne et ainsi de suite." Au-delà de cette trame, Céline Sciamma a donné carte blanche à ses quatre actrices, pour improviser, danser et chanter en playback.

"Cette scène était conçue dès le départ dans l'idée de mettre la chanson en entier", confie la réalisatrice. "L'écriture prend en compte ce dérapage onirique, dans une lumière bleue.  C'est une scène un peu fantasmée et c'était la scène la plus fantasmatique pour moi", affirme Céline Sciamma, qui dit avoir eu "très envie de la tourner."Pourquoi avoir choisi de filmer toute la chanson ? "Non pas pour faire clip, mais pour l'inverse même", précise-t-elle.

"C'est une scène vraiment narrative, qui raconte, à travers une chorégraphie, comment naît une amitié. On a d'abord le personnage qui est spectateur de l'amitié des autres, chacune se rejoint dans une sorte de ballet, puis, celle qui est spectatrice de la fusion des autres, décide elle-même d'en faire partie. Dans cette lumière bleue, les actrices sont assez iconiques, au maximum de leur beauté 'collective'. Donc c'est vraiment une scène qui est un point de bascule pour le personnage de Marieme, parce qu'elle entre dans le groupe, mais aussi pour le spectateur, parce que c'est vraiment l'acmé de ses sentiments pour le personnage, le moment où il tombe en amitié pour elle", explique encore la réalisatrice. Et la séquence a séduit Rihanna elle-même. Il fallait son accord après celui de la maison de disque. Convaincue, l'artiste a laissé à l'équipe du film le droit d'utiliser la chanson. Les jeunes actrices se disent "flattées".