Au ciné, c'est mieux à deux

  • A
  • A
Au ciné, c'est mieux à deux
@ STUDIOCANAL
Partagez sur :

La comédie avec Virginie Efira et Clovis Cornillac partage l’affiche avec le nouveau Gaspard Noé.

L’Amour, c’est mieux à deux, comédie de Dominique Farrugia et Arnaud Lemort, avec Clovis Cornillac, Virginie Efira, Manu Payet.

Michel (Clovis Cornillac) rêve d’une rencontre parfaite, totalement due au hasard comme l’ont connu ses parents et ses grands-parents, alors que Vincent (Manu Payet) applique à la lettre l’adage qui dit que les hommes ont un sexe à la place du cerveau. Amis d’enfance aux visions diamétralement opposées sur les femmes ils découvriront les limites de leurs raisonnements respectifs au contact d’Angèle (le premier rôle principal de Virginie Efira au ciné) et de Nathalie.

L'Elite de Brooklyn, policier d’Antoine Fuqua, avec Don Cheadle, Ethan Hawke, Richard Gere.

Le réalisateur américain retrouve Ethan Hawk qu’il avait dirigé dans Training Day. Dans L’Elite de Brooklyn, l’acteur incarne un flic du 65ème district, l’un des quartiers les plus risqués de Brooklyn. Aux côtés de Richard Gere et Don Cheadle, tous en proie à leurs propres démons, ils vont vivre une nuit d’enfer à Brooklyn.

Imogène McCarthery, comédie d’Alexandre Charlot et Franck Magnier, avec Catherine Frot, Lambert Wilson, Michel Aumont.

Les scénaristes de Bienvenue chez les Ch’tis réalisent leur premier film, l’adaptation des romans policiers imaginés par Charles Exbrayat dans les années 60. Imogène McCarthery, incarnée par Catherine Frot, est rousse, écossaise, aime le rugby et la cornemuse. Elle vit à Londres, mais se considère en exil. Elle a un fichu caractère et une sacrée descente au whisky. En 1962, secrétaire à l’Amirauté, elle se voit confier une mission secrète, qui se révélera vite une machination.

Enter the Void, drame fantastique de Gaspar Noé, avec Paz De la Huerta, Sarah Stockbridge, Olly Alexander

À Tokyo depuis peu, Oscar survit de petits deals de drogue alors que Linda est stripteaseuse dans une boite de nuit. Un soir, lors d'une descente de police, Oscar est touché par une balle... Tandis qu’il agonise, son esprit refuse de quitter le monde des vivants. Il erre alors dans la ville et ses visions deviennent de plus en plus chaotiques et cauchemardesques. Passé, présent et futur se mélangent dans un maelstrom hallucinatoire. Enter the Void a été remarqué par la critique qui salue l’esthétique toujours si particulière du réalisateur français.

Dans ses yeux, drame de Juan José Campanella, avec Soledad Villamil, Ricardo Darin, Pablo Rago.

1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le meurtre violent d'une jeune femme. 25 ans plus tard, il décide d'écrire un roman basé sur cette affaire "classée" dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d'écriture le ramène à ce meurtre qui l'obsède depuis tant d'années mais également à l'amour qu'il portait alors à sa collègue de travail. Benjamin replonge ainsi dans cette période sombre de l'Argentine où l'ambiance était étouffante et les apparences trompeuses... Dans ses yeux a reçu l’Oscar du meilleur film étranger en 2010.

Également au cinéma cette semaine :Cavaliers Seuls, documentaire de Jean Rochefort et Delphine Gleize, Lola, drame franco-philippin de Brillante Mendoza, Les Femmes de mes amis, comédie coréenne de Hong Sang-Soo, Âmes en stock, comédie américaine de Sophie Barthes, Femmes du Caire, drame égyptien de Yousry Nasrallah, et Salle n°6 - Tchekov, drame russe de Karen Shakhnazarov.