2010, la bonne année du cinéma français

  • A
  • A
2010, la bonne année du cinéma français
@ Universal Pictures International France/EuropaCorp Distribution/Mars Distribution
Partagez sur :

Les Petits mouchoirs, Des Hommes et des Dieux ou L'Arnacoeur ont boosté les entrées.

Des larmes des Petits mouchoirs au drame Des Hommes et des dieux, en passant par les rires de Camping 2 et les pas de danse de L'Arnacoeur, le cinéma français a renoué en 2010 avec les grands succès populaires qui remplissent les salles obscures.

205 millions d’entrées

D'une manière générale, 2010 s'annonce ainsi comme une excellente cuvée, avec une fréquentation qui devrait atteindre 205 millions d'entrées fin décembre.

"Les entrées sont en hausse depuis trois années consécutives", explique Véronique Cayla à Europe 1 :

<iframe class="video" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/27035494" frameborder="0"></iframe>

Les Petits mouchoirs en tête

Symbole de cette réussite, le film de Guillaume Canet Les Petits mouchoirs. Avec cinq millions d'entrées, il occupe mi-décembre la tête du box-office annuel, même si le succès de Harry Potter et Les Reliques de la mort risque de le détrôner d'ici le 31 décembre.

Si ce long-métrage a boosté les entrées, une kyrielle d’autres films hexagonaux ont fait le plein. Outre Des Hommes et des dieux qui a attiré plus de trois millions de spectateurs, on trouve Camping 2 (3,9 millions d'entrées), L'Arnacoeur (3,7 millions), Arthur 3 (trois millions), Océans (2,9 millions), La Rafle (2,8 millions) ou encore Potiche qui s'apprête à dépasser les deux millions.

Vingt films au dessus du million de spectateurs

S’il n’y a pas eu de film raz-de-marée, comme Bienvenue chez les Ch’tis en 2008 ou Avatar en 2009, ce sont près d'une vingtaine de films français qui ont ainsi dépassé le million de spectateurs. Et parmi eux, huit ont enregistré plus de deux millions d'entrées, alors qu’ils n’étaient que six en 2009. "Jamais on n'avait observé une telle diversité dans le cinéma français, avec des documentaires, des comédies, des drames, on touche à tous les genres", souligne Véronique Cayla.

Un cinéma qui s’exporte

Autre source de satisfaction, ce cinéma s'exporte bien. "Des Hommes et des Dieux a été vendu dans plus de 50 pays, Océans a battu des records au Japon et aux Etats-Unis, Adèle Blanc-Sec, malgré un succès mitigé en France, a triomphé en Asie, notamment en Chine avec plus de deux millions de spectateurs", explique Véronique Cayla. "C'est tout à fait réjouissant, car jusqu'à présent l'exportation était restée le point faible du cinéma français".