Quatre jours en mars : le verdict du jury

  • A
  • A
Quatre jours en mars : le verdict du jury
Partagez sur :

Ils ont aimé, ils n'ont pas aimé. Les commentaires du jury d’avril de la bibliothèque Europe 1.

Quatre jours en mars, de Jens Christian Grondhal, Editions Gallimard

ILS ONT AIME

« Ce livre est mon coup de cœur. J'ai été saisie par l'intensité du récit. L'auteur excelle dans l'exploration des sentiments des personnages. Il analyse avec brio les rapports humains. Ce roman soulève la question de la responsabilité qu'ont les parents dans l'éducation de leurs enfants. J'ai été surprise par la fin de cet ouvrage sans véritable point final. C'est un livre qu'on ne quitte pas avant de l'avoir fini. »

Julie, Lyon

« Livre sympa car construit sur une écriture simple, tranquille, une intrigue d’une complexité assez séduisante qui donne envie d’aller plus loin dans le récit afin de connaitre la fin. »

Franck, Langueux.

« J'ai trouvé ce livre très profond au niveau psychologique, j'ai aimé le style enlevé, élégant et le ton toujours très juste ce qui donne une vraie épaisseur aux personnages et rend bien la complexité des sentiments de l'héroïne, Ingrid. En toile de fond, très présente, la ville de Copenhague que j'ai découverte dans ce livre.

Anaïs, Paris

« On prend forcément en affection Ingrid, l'héroïne du livre. Alors qu'elle se trouve loin de son domicile, à cause de son travail, elle apprend que son fils adolescent vient de tabasser un jeune Arabe avec sa bande de copains. A partir de là, elle remet en question tout son parcours. Durant 4 jours, alors qu'elle n'arrive plus à communiquer avec son fils, elle analyse sa vie, ses choix. Elle cherche un sens à son existence entre une grand-mère écrivain, assez théâtrale, une mère demeurée petite fille qui n'a pas joué son rôle de mère, un amant, Frank, qui ne divorcera jamais de sa femme, et un fils devenu un étranger. Finalement ce roman traite des banalités du quotidien mais qui nous font réfléchir non sans émotion sur les occasions perdues, la transmission héréditaire, le hasard de la vie. J'ai aimé. »

Sandrine, Cestas Gazinet (Aquitaine)

« Ingrid Dreyer est au bord de la crise de nerf. En effet, elle a tous les diplômes : Un ex-mari lointain, une mère insupportable, un fils voyou… A partir de là, l’auteur décide de nous passer au peigne fin tout les recoins du cerveau de Ingrid. Du flash-back en veux-tu en voilà ! J’ai trouvé l’écriture subtile, l’histoire est bien racontée et le livre se laisse lire facilement. Pas mal ! »

Philippe

ILS SONT PARTAGES

« Ce portrait de femme moderne est méticuleux, sans doute trop, et il permet de côtoyer au plus près l’existence d’Ingrid, épouse et mère qui voit son quotidien tanguer au travers d’évènements qu’elle ne maîtrise pas, exprimant par là-même que la vie familiale et sentimentale ne se gère pas comme un parcours professionnel ; hélas, ce roman fait trop souvent du surplace, on y entre difficilement sans être pleinement captivé par des évidences et des banalités qui finissent par lasser. »

Raphael, Molay (Franche Comté)

« Grondahl dit vouloir décrire le drame intérieur, la lutte de quelqu'un à travers des bribes de souvenirs. Il le fait avec un talent indéniable, même s'il n'est pas interdit de trouver son récit souvent uniforme et lourd dans l'analyse au scalpel des tourments de son héroïne. »

Mickael, Clamart (Ile-de-France)