Maudit soit le fleuve du temps : le verdict du jury

  • A
  • A
Maudit soit le fleuve du temps : le verdict du jury
Partagez sur :

Ils ont aimé, ils n'ont pas aimé. Les commentaires du jury d’avril de la bibliothèque Europe 1.

Maudit soit le fleuve du temps de Per Petterson, Editions Gallimard

ELLE A AIME

« Mon livre préféré parmi la sélection.On s’attache à Arvid et à sa mère, conquis par la pudeur et la force de leurs sentiments.Le rythme est lent, alternance de passé et de présent, qui retrace la vie et les choix de l’un et l’autre personnage, leurs désillusions aussi.Réflexions sur le temps qui passe, sur les liens familiaux, la vie, la mort...Un livre prenant et empli d’émotion. J’ai aimé. »

Sandrine, Cestas Gazinet (Aquitaine)

ILS SONT PARTAGES

« Suite à la lecture du résumé, je m’attendais à une belle histoire entre un fils et une mère, je pensais vivre des retrouvailles émouvantes et finalement je pense que les deux personnages du roman n’arrivent pas à se retrouver. Cependant ce livre nous rappelle que notre vie nous appartient et que malgré les embuches, elle vaut d’être vécue. »

Franck, Langueux (Bretagne).

« Sans doute le roman le mieux écrit de cette sélection ; l’auteur nous promène avec aisance et élégance dans ce rapport confidentiel entre une mère et son fils. Tous deux se découvrent lentement et rattrapent des années passées à cohabiter sans vraiment se parler. Arvid et sa mère dévoilent (parfois péniblement) leur existence, jugent leurs fausses routes et tirent les leçons du passé pour tenter d’éclaircir le présent. Un bon roman, rapide à lire, mais sans grand relief ni originalité. »

Raphael, Molay (Franche Comté)

ILS N'ONT PAS AIME...DU TOUT

« La quatrième de couverture me donnait le sentiment d'une histoire très prometteuse. J'ai été déçue à la lecture du livre. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages.Il n'y a pas de véritable communication entre le narrateur et sa mère comme je l'espérais tout au long du roman. L'auteur fait également plusieurs explications sur le sens de la vie qui me semble un peu trop cliché. Je n'ai pas été séduite par ce récit. »

Julie, Lyon

La quatrième de couverture de Maudit soit le fleuve du temps évoque un roman pudique et émouvant. Le ressenti est : trop pudique et pas spécialement émouvant. Le cœur de l'intrigue est la relation difficile entre Arvid, le narrateur, et sa mère, qui lui a toujours préféré son frère, décédé trop jeune. On s'attend donc à une grande explication entre la mère et le fils, à un vrai dialogue où les choses seraient mises sur la table, une fois pour toutes. Rien du tout cela n'arrive jamais. A la place, l'auteur se complait à décrire la vie d'Arvid, sa jeunesse militante, son mariage qui prend l'eau. Les allers et retours entre présent et passé sont incessants et plutôt lassants. A dire vrai, Arvid n'est pas un personnage très intéressant : velléitaire, mou, pathétique. Gênants aussi, les poncifs récurrents sur le sens de la vie. Des truismes tels que l'on se demande si la traduction est à mettre en cause. Globalement, ce livre fait l'effet d'un voyage en montgolfière : on survole les paysages et les gens, sans s'en approcher suffisamment. Il n’y a pas de communication véritable entre la mère et le fils dans Maudit soit le fleuve du temps. Et c'est un peu le même cas de figure entre le livre et son lecteur. Un vrai regret.

Mickael, Clamart (Ile-de-France)

«Ou plutôt, maudit soit le temps que j’ai perdu ! D’après la quatrième de couverture : « un récit pudique et émouvant ». Rire !Le récit démarre assez bien mais on tombe rapidement dans l’ennui. Sans commentaire pour les flash-back et les descriptions à n’en plus finir. »

Philippe