La fille de son père : le verdict du jury

  • A
  • A
La fille de son père : le verdict du jury
@ DR
Partagez sur :

Ils ont aimé, ils n'ont pas aimé. Les commentaires du jury de février de la bibliothèque Europe 1.

La fille de son père, Anne Berest (éditions du Seuil)

ILS ONT AIME

La fille de son père est un bon livre. Très proche de son lecteur, l'auteure, Anne Berest, lui pose de bonnes questions de société.
Elle montre tous les problèmes d'une famille, dans lesquels on peut tous se reconnaître. Il y a peut être trop de descriptions...

Grégoire, Rennes

J'ai été touchée par les questionnements soulevés par ce roman : la place de chacun dans une famille, les enfants doivent-ils découvrir la vie réelle de leurs parents, les secrets de famille doivent-ils être révélés ? A la lecture, on est tenté de dire oui, tant la quête d'identité est importante (cf la polémique autour du dernier livre de A. JARDIN). D'ailleurs la narratrice n'est pas étonnée de ce qu'elle découvre à la fin, comme si, au fond d'elle, elle l'avait toujours su.

Patricia, La Farlede

Chronique familiale à rebondissements divers et variés. Mais là, naturellement, la chute est à la fin mais elle est très bien amenée, graduellement et ce dès le début du roman. En plus c’est facile à lire et divertissant. On attend la suite à chaque chapitre presque avec voyeurisme.

Yves, Dieppe

La chronique familiale est un genre classique, visité par de nombreux auteurs. Anne Berest revisite avec brio le genre.
Plantons un décor sommaire : lors d'une fête d'anniversaire, une famille tout ce qu'il y a de plus normal, se retrouve plongée dans son passé, avec la révélation d'un possible adultère... S'en suit une plongée dans des secrets de famille enfouis, réouvrant des vieilles blessures, et nous plongeant dans les relations complexes unissant chaque membre de la famille. Une quête familiale, une quête personnelle pour la narratrice, et un roman entrainant pour le lecteur.

Florian, Montereau Fault Yonne

Mon cœur a balancé longuement entre "Salaam la France" et "La fille de son père"." Pourtant 2 récits totalement différents (... )
La fille de son père curieusement est une pure bouffée d’oxygène. Un roman qui se lit facilement tellement le style est fluide et agréable.
L’auteure sait parfaitement nous mettre à l’aise dans notre rôle de « voyeur » de cette famille qui peu à peu se déchire, se révèle.
On s’attache à ces trois sœurs si différentes et si unies. Ce livre est à la fois une belle et complexe histoire d’amour entre un père et ses trois filles, et une réflexion sur la parentalité, sur les origines et sur la famille. Les dialogues sont par moments jubilatoires.
Bref, un beau moment. Mon vote final ira donc à Anne BEREST même si le choix a été difficile entre ces deux romans.
Je me suis sentie plus touchée par cette histoire familiale et par le thème de la parentalité.

Valérie, Paris

ILS SONT PARTAGES

C’est une histoire de famille. Tout le monde se voit à l’occasion d’un anniversaire. Comme dans toutes les familles, il y a des secrets. C’est un livre facile à lire. Mais les personnages manquent de profondeur et l’histoire est écrite un peu trop simplement.

Bérangère, La Salle De Vihiers

Un livre bien écrit et agréable à lire mais trois sœurs et un secret de famille : simple, presque banal mais trop prévisible !
Quand la photo du carnaval à l'école a disparu, je savais déjà qui était la fille de son père...

Nathalie, Charron

Histoire "banale" d'une saga familiale dans laquelle le dénouement est trés vite perceptible, «vite lu, vite oublié ».

Chantal, Cannes La Bocca

IL N'A PAS AIME

Les présentoirs des librairies sont remplis de ces petits romans où l’insignifiance tient lieu de talent.

Alain, Brunoy