Apocalypse Bébé : la révélation

  • A
  • A
Apocalypse Bébé : la révélation
@ DR
Partagez sur :

Le livre de Virginie Despentes a été élu par le jury des auditeurs d'Europe 1.

Le livre de novembre 2010 :Apocalypse Bébé, de Virginie Despentes

Présentation de l’éditeur « Entre satire sociale, polar contemporain et romance lesbienne, le nouveau roman de Virginie Despentes est un road-book qui promène le lecteur entre Paris et Barcelone, sur les traces de tous ceux qui ont connu Valentine, l'adolescente égarée... Les différents personnages se croisent sans forcément se rencontrer, et finissent par composer, sur un ton tendre et puissant, le portrait d'une époque. »

Les commentaires du jury Europe 1 : Le livre de Virginie Despentes surprend. Avant de l'ouvrir, les lecteurs avouaient avoir des a priori sur l'auteur de Baise-moi, redoutant une "littérature inutilement provocatrice et obscène." La réalité est toute autre, puisqu’ils ont découvert avec étonnement une "écriture soutenue, travaillée, musicale", au service d’un récit captivant. Certains, comme Michel, ont aimé l’intrigue, au point "de regretter d’arriver à la fin de ces pages." L’auteur, explique-t-il, fait preuve d’une vision "extrêmement juste de la société contemporaine". Quant à l’intrigue, Jocelyne la résume ainsi : "Deux détectives partent à la recherche d'une jeune adolescente dans une Barcelone très particulière où coke et partouzes côtoient les visites aux cathédrales." Des personnages presque exclusivement féminins qui n’ont pas manqué de fasciner les lecteurs : "Lucie et la Hyène, une impénétrable détective indépendante aux méthodes radicales, deux anti-héroïnes décalées, déjantées et attachantes." Et Michel d’ajouter : "On ne se lasse pas de l’intrigue, de la drôlerie des personnages, de cette fille qui siffle les autres filles dans la rue depuis sa voiture avec ses lunettes Ray-Ban."
L’auteur : Virginie Despentes, romancière et réalisatrice française, née en 1969 à Nancy.

L'incontournable: La princesse du sang de Jean-Patrick Manchette (1942-1995)
« Le bon roman noir est un roman social, un roman de critique sociale, qui prend pour anecdote des histoires de crimes », écrivait Jean-Patrick Manchette, le pape du « néo-polar » à la française. Roman inachevé, paru après la mort de Manchette, La Princesse du sang devait marquer le début d'un nouveau cycle romanesque tourné vers une relecture de l'histoire contemporaine depuis l'après-guerre.
L’histoire : Dans les années 50, un commando de ravisseurs s'entretue autour d'une fillette grièvement blessée. Six ans plus tard, la photographe Ivory Pearl, surnommée " la Robert Capa femelle ", épuisée de couvrir les multiples conflits de l'après-guerre, part pour Cuba s'isoler dans la montagne. Venue se reposer d'une vie de stress et d'horreurs, Pearl qui croyait se retirer des affaires va se retrouver dans une nature sauvage en plein cœur d'une impitoyable traque. Avec elle, un homme et une enfant. Deux inconnus dont elle aura croisé la route...

La sélection

Virginie Despentes – Apocalypse bébé – Editeur : Grasset

Michel Houellebecq – La carte et le territoire – Editeur : Flammarion

Claude Arnaud – Qu’as-tu fait de tes frères – Editeur : Grasset

Philippe Forrest – Le siècle des nuages – Editeur : Gallimard

Maylis de Kérangal – Naissance d’un pont – Editeur : Verticales