Heuliez : "un grand jour" pour Royal

  • A
  • A
Heuliez : "un grand jour" pour Royal
Partagez sur :

La signature du pacte d'actionnaires sur le financement est "un des plus beaux moments de (sa) vie politique".

La présidente socialiste de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, a affirmé mardi que la signature du pacte d'actionnaires sur le financement d'Heuliez constituait "un des plus beaux moments de (sa) vie politique", ajoutant : "la politique, c'est d'abord la morale de l'action et quand ce travail débouche sur l'emploi et l'écologie, alors, c'est vraiment extraordinaire".

Ségolène Royal a signé mardi à Paris, au nom de sa région, le pacte d'actionnaires pour la région qu'elle préside, aux côtés du Fonds stratégique d'investissement (FSI) pour l'Etat, du repreneur Bernard Krief Consulting (BKC), et du ministre de l'Industrie.

"C'est la première fois qu'une région entre au capital d'une entreprise", a-t-elle souligné, saluant l'initiative de la réunion prise par Christian Estrosi, avec qui elle a "partagé la même vision: se battre pour l'industrie française", a-t-elle dit. Le ministre s'est de son côté félicité de "l'effort de la région Poitou-Charentes et de sa présidente".

Le président de BKC, Louis Petiet, repreneur d'Heuliez, "a apporté la preuve qu'il a bien souscrit à l'augmentation de capital et qu'il dispose bien des 15 millions d'euros qu'il s'était engagé à apporter", a assuré Christian Estrosi à l'issue de la rencontre.

Les modalités de l'augmentation de capital pour refinancer Heuliez prévoient un apport de fonds de 16 millions d'euros de BKC, dont un million déjà investi, de 10 millions de l'Etat via le Fonds stratégique d'investissement (FSI) et de 5 millions d'euros de la région Poitou-Charentes, soit un total de 31 millions.

Heuliez propose aujourd'hui "avec un an d'avance, une gamme complète de véhicules électriques dont la production industrielle de série a démarré", a souligné Christian Estrosi, en faisant état de 1.000 ventes sur le site internet en quatre jours. Le constructeur envisage même de réembaucher 70 personnes supplémentaires d'ici la fin 2010, selon Louis Petiet.