Ghosn reconduit à la tête de Renault

  • A
  • A
Ghosn reconduit à la tête de Renault
@ REUTERS
Partagez sur :

Le Pdg remplie pour un second mandat et a promis un retour dans le vert "au plus tard en 2011".

Carlos Ghosn reste à la tête de Renault. Le patron n’a certes pas été réélu vendredi avec la même aura qu’en 2005, mais il conserve les commandes du constructeur automobile français pour les quatre prochaines années. Le renouvellement de son mandat a été approuvé à 83,87% par les actionnaires.

Renault, qui a subi l'an dernier une lourde perte, devrait repasser dans le vert et dégager à nouveau des bénéfices "au plus tard en 2011", a-t-il promis lors de l'assemblée générale des actionnaires. Pour redevenir bénéficiaire, Renault et Nissan ont investi 4 milliards d'euros dans les voitures électriques, avec l'espoir de commercialiser une Kangoo et une Fluence électrique début 2011.

Une année 2009 difficile

Renault fait partie des groupes automobiles les plus durement touchés par la crise, avec une perte nette de 3,1 milliards d'euros en 2009. Le groupe a surtout vendu des petits modèles, subventionnés par la prime à la casse mais qui génèrent peu de marge.

L’autre moitié de ces pertes est due à ses participations dans les entreprises associées comme le japonais Nissan ou le constructeur suédois de poids lourds Volvo, qui ont tous les deux fini l’année 2009 dans le rouge. Le groupe automobile a poursuivi cette politique de partenariat avec Daimler-Benz récemment. "Avec Daimler, nous rentrons dans le club restreint de groupes produisant plus de 7 millions de voitures par an", a fait valoir le patron du groupe.

Tourner la page des aides d’Etat

Carlos Goshn s'est également engagé à ce que son groupe rembourse les aides d'Etat dont il a bénéficié pour faire face à la crise plus vite que prévu. "Nous rembourserons bien avant l'échéance et nous rembourserons si possible de manière concertée avec nos amis de PSA".

Le gouvernement français a annoncé au début de l'année dernière six milliards de prêts à taux préférentiels pour Renault et PSA Peugeot Citroën, sur les 7,8 milliards d'euros d'aides débloqués, en contrepartie d'engagements sur le maintien de la production en France.

"Nous n'attendrons pas l'année 2014 pour le rembourser", a encore déclaré le pdg de Renault, qui espère ainsi retrouver une liberté de manœuvre totale, après l’affaire de la délocalisation de la production de la Clio 4 en Turquie.

REAGISSEZ - Quel bilan tirer du premier mandat de Carlos Ghosn à la tête de Renault ?