Embouteillages : Marseille "plus fort" que Paris

  • A
  • A
Embouteillages : Marseille "plus fort" que Paris
@ PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :

BOUCHON - Le fabricant de systèmes de navigation par GPS TomTom a fait les comptes. Et ce n’est pas à Paris qu’on perd le plus de temps.

Se retrouver coincé dans un embouteillage est l’un des pires cauchemars des automobilistes. Mais tous les conducteurs ne sont pas égaux face à ce problème : le temps perdu dans les bouchons varie énormément d’une ville à l’autre. Et ce petit jeu-là, contrairement aux idées reçues, ce n’est pas Paris qui remporte le prix de la ville la plus congestionnée.

Des embouteillages de plus en plus importants. Le fabricant de systèmes de navigation par GPS TomTom est présent dans de nombreuses voitures à travers le monde. Un dispositif qui lui permet d’évaluer le trafic dans les principales villes et d’établir chaque année le classement des villes les plus congestionnées. Premier enseignement de son étude sur l’année 2014 : les embouteillages ont augmenté dans les trois quarts des villes qu'il étudie. 

Marseille, palme d’or des bouchons. L’autre enseignement concerne la ville française la plus touchée par les embouteillages. Contrairement aux idées reçues, il s’agit de Marseille, où les automobilistes perdent en moyenne 24 minutes sur une heure de trajet aux heures de pointe. Suivent ensuite Paris (23 minutes perdues), Bordeaux, Lyon, Nice, Montpellier et Strasbourg. A Lille et à Nantes, les conducteurs ne perdent que 19 minutes dans les embouteillages aux heures de pointes. Mis bout-à-bout, ce temps perdu devient vertigineux : les automobilistes parisiens sont bloqués en moyenne 90 heures par an dans les bouchons.

Voici le classement des principales communes touchées par les bouchons :

02.04.Classement.embouteillage.TOMTOM.1280.750

© TOMTOM FRANCE

Mais si Marseille figure en tête du classement français, elle n’arrive qu’en 18e place du classement mondial, dominé par le trio Istanbul – Mexico – Rio de Janeiro. Dans la mégapole turque, 58% des routes sont congestionnées aux heures de pointe. Et les villes chinoises ne cessent de progresser dans ce classement.

02.04.Classement.mondial.embouteillage.TOMTOM.1280.1000

© TOMTOM

Comment expliquer ces bouchons ? Plusieurs raisons expliquent cette augmentation des bouchons à travers le monde. Il y a d’abord les infrastructures routières, qui ne suivent pas l’augmentation du nombre de voitures en circulation : un décalage qui va grandissant dans les pays en développement. Et le mythe de la voiture individuelle ne va rien arranger. Il y a ensuite la concentration des automobilistes sur les mêmes tranches horaires, aux alentours de 8h30 et de 17h30, parce que les entreprises ont tendance à faire travailler leurs employés aux mêmes horaires : de 9h à 17h. Un problème qu’on retrouve également dans les transports en commun et qui a poussé la SNCF à sensibiliser en 2013 les grandes entreprises d’Ile-de-France pour qu’elles décalent les horaires de début de travail de leurs salariés.

>> LIRE AUSSI - Les embouteillages coûtent 46 millions d’euros par jour

>> LIRE AUSSI - Roulera-t-on demain sur la bande d'arrêt d'urgence ?

>> LIRE AUSSI - Les bouchons, signe d'embellie économique