Cinq choses que vous ignoriez sur le Mondial de l'auto

  • A
  • A
Cinq choses que vous ignoriez sur le Mondial de l'auto
Le mondial de l'automobile, à Paris, ouvre ses portes à partir du 4 octobre.@ Reuters
Partagez sur :

PLEIN PHARES - Le Mondial parisien, c'est LE rendez-vous automobile de l'année. Et à part ça ?

Le Mondial de l'automobile ouvre ses portes ce weekend. Entre la présentation de leurs prototypes stars, leurs futurs best-sellers et leurs innovations en tout genre, les quelque 260 marques présentes espèrent attirer plus d'un million de visiteurs sur leurs stands. Mais outre les voitures, connaissez-vous vraiment ce grand raout de la bagnole ? Europe1.fr a sélectionné cinq informations que vous ne savez pas forcément.

>> LIRE AUSSI - Les voitures les plus attendues du Mondial

Des stands à plusieurs millions… Pour une exposition médiatique telle que celle du Mondial de l'auto, les constructeurs dépensent (presque) sans compter. Et entre la location de l'emplacement (4.000 m² pour Renault, Peugeot et Citroën par exemple), le décor parfois digne d'un opéra (on peut y voir des bassins, des mezzanines géantes, voire même des collines!) et surtout l'éclairage, la facture atteint souvent plusieurs millions d'euros. "Un stand, ça a un côté démesuré. Une automobile, c'est un bel objet, présenté dans un écrin. Et parfois, l'écrin coûte plus cher que le bijou. Ca peut aller de deux à quatre ou cinq millions d'euros", raconte à Europe1 François Roudier, directeur de la communication du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).



… avec "tenues correctes exigées". Un stand coûte cher, mais il vaut mieux y mettre les moyens, si l'on tient à avoir une place. Car les organisateurs ne laissent pas rentrer n'importe qui. Ainsi, un célèbre constructeur américain, dont le stand a été jugé trop "médiocre" lors de la précédente édition, nous a confié qu'il a failli se faire refuser l'entrée cette année. Pour éviter cela, il a dû mettre les moyens et a été accepté à la dernière minute.

>> LIRE AUSSI - Les prototypes stars du Mondial

Mais où sont les chinois? Cette année, comme depuis 2006, vous ne verrez aucune marque chinoise Porte de Versailles. La Chine est pourtant le pays où l'automobile se développe le plus. Certains groupes "nourrissaient, en 2006, de grandes ambitions avec la France.  Quelques crash-tests catastrophiques plus tard, toutes les envies avaient été revues à la baisse, et l’Europe occidentale n’était vraiment plus une priorité pour Landwind ou encore Brilliance", décrypte ainsi le site spécialisé largus.fr. Quant à la marque Qoros, qui a réussi tous les crash-test et compte ouvrir une concession en France en 2015, elle a jugé que cela "faisait un délai trop long eu égard au Mondial", selon son porte-parole cité par le site spécialisé.

>> LIRE AUSSI - Un nouveau bonus écologique en 2015

L'acheteur moyen a vieilli… Aujourd'hui, selon les organisateurs, l'acheteur moyen d'une voiture au Mondial est un couple de 52 ans. "C'est un couple qui a vieilli. Dans les années 50, 60, c'était davantage des jeunes, qui s'offraient leurs premières voitures. Aujourd'hui, on est davantage dans le renouvellement de voiture", décrypte François Roudier, du CCFA. "La jeune génération aime les voitures, le design, notamment les femmes. Mais ses moyens ont baissé, donc le prix pose problème", renchérit François Roudier.

>> LIRE AUSSI - Peugeot veut révolutionner l'hybride... avec de l'air comprimé

… Et il pourra voir la DeLorean de Retour vers le futur. Au travers des allées du Mondial, vous ne trouverez pas que des stands de constructeur automobile. Équipementiers, compagnies d'assurance et même gendarmerie nationale… Tout ce qui touche de près ou de loin à l'automobile sera représenté. Et les constructeurs n'ont pas forcément le stand le plus original. Celui du site Oscaro.com, vendeur de pièces détachées, présentera par exemple une… DeLorean, la voiture de Retour vers le futur.

"30 ans après l’arrêt de sa production, 99% de ses pièces sont toujours disponibles, pour permettre aux 6.500 passionnés de réparer et d’entretenir ce mythe", explique le groupe sur son site. Et de poursuivre : "Oscaro a fait le choix de ce véhicule précurseur qui s’accorde avec nos valeurs et devrait être une source d’inspiration pour les constructeurs auto du monde entier".

>> C'est votre question : a-t-on encore des raisons de détester les SUV ?



Mondial de l'Auto : faut-il encore détester les...par Europe1fr