Zone euro: nouvelle mise en garde du FMI contre le risque de déflation

  • A
  • A
Zone euro: nouvelle mise en garde du FMI contre le risque de déflation
Partagez sur :

La directrice générale, Christine Lagarde appelle à la vigilance de la BCE.

Malgré les efforts accomplis par l'Union européenne, "la croissance reste trop faible et le chômage trop élevé pour crier victoire", a prévenu lundi la patronne du Fonds monétaire international, Christine Lagarde. Le Vieux continent est en train de sortir d'une longue période de récession mais le risque de délation existe, a-t-elle précisé lors d'une conférence à Bilbao, en Espagne. Risque de déflation évalué à 20% "Nous l'évaluons à 15-20% (...) elle pourrait faire dérailler la reprise (...) c'est la raison pour laquelle nous recommandons que les banquiers centraux soient vigilants et gardent à leur disposition les outils de politique monétaire susceptibles de répondre à cette situation", a expliqué la directrice générale du FMI, en réponse à une question du public, rapporte l'agence de presse Reuters. Dans une note, la Banque de France rappelle que si la désinflation, c'est à dire le ralentissement de l'inflation est une bonne chose, "la déflation est particulièrement dangereuse pour une économie car elle déclenche des spirales qui peuvent provoquer ou accentuer une récession et dont il est très difficile de sortir". Inflation à +0,8% en févirer En février, d'après les données publiées vendredi par Eurostat, l'indice des prix à la consommation a affiché en zone euro, une progression de 0,8% pour le troisième mois consécutif, un chiffre qui se situe bien en dessous de l'objectif fixé par la Banque centrale européenne (juste à la limite des 2%). Alors que l'institution tiendra sa réunion mensuelle de politique monétaire ce jeudi, son directeur Mario Draghi a redit la semaine dernière qu'il ne voyait pas de risque de déflation. D'après les économistes interrogés par Reuters, la BCE devrait maintenir ses taux inchangés, même s'ils sont de plus en plus nombreux à envisager l'annonce de mesures d'assouplissement quantitatif pour éliminer ce risque en soutenant la reprise. Dans la mise à jour de ses perspectives publiées la semaine dernière, la Commission européenne table sur une expansion de 1,2% en 2014 et 1,8% en 2015, au sein de la zone euro.