Vivendi : Rothschild et Deutsche Bank pour évaluer GVT ?

  • A
  • A
Vivendi : Rothschild et Deutsche Bank pour évaluer GVT ?
Partagez sur :

Le groupe aurait mandaté Rothschild et Deutsche Bank pour "évaluer les options stratégiques" concernant cet actif acquis en 2009...

Les rumeurs se succèdent sur Vivendi et l'évolution de son périmètre. Cette fois, c'est l'opérateur de télécommunications brésilien GVT qui est concerné, puisque Bloomberg croit savoir que le groupe a mandaté Rothschild et Deutsche Bank pour "évaluer les options stratégiques" concernant cet actif acquis en 2009 après un bras de fer avec Telefonica, également prédateur. Parmi les scenarios envisagés, ou cession totale, une cession partielle ou une entrée en bourse, ou plutôt un retour puisque Vivendi l'en avait retiré lors du rachat. Fin juillet, l'hypothèse d'une cession de GVT avait déjà fait les gros titres. Les agences de notation Le groupe, s'il dispose de beaux actifs et d'autres un peu moins dynamiques, peine à valoriser l'ensemble, car il est desservi par son statut de conglomérat, lui qui officie dans les disques, les jeux vidéo, la télévision et les télécommunications. Le management cherche donc un moyen de relancer la machine, alors que les actionnaires font grise mine depuis plusieurs années déjà. Pour ne rien arranger, les agences de notation ont commencé à remettre la pression sur le dossier, jugeant qu'il lui faudrait trouver des ressources additionnelles pour conserver sa notation actuelle. Et Activision Blizzard ? Outre GVT, la perspective d'une cession de la branche jeux vidéo, Activision Blizzard, avait été évoquée, mais Vivendi a échoué à obtenir des conditions financières satisfaisantes. L'une des autres possibilités évoquées récemment serait un rachat pur et simple de sa liberté par l'éditeur de jeux vidéo, numéro un mondial du secteur.