Vivendi dépasse le consensus au premier semestre

  • A
  • A
Vivendi dépasse le consensus au premier semestre
Partagez sur :

Le Résultat net ajusté s'élève à 1,83 milliard d'euros, en hausse de 20,2 % et contre seulement 1,73 milliard attendu

Vivendi grimpe de 4% à 16,83 euros vers 9h45 sur le marché parisien après avoir publié des résultats supérieurs aux attentes sur les six premiers mois de l'année. Le groupe a généré un chiffre d'affaires semestriel de 14,25 milliards d'euros, en hausse de 1,9% et de 2,4% à taux de change constant par rapport au premier semestre 2010 et contre 14,24 milliards attendus. Le Résultat opérationnel ajusté (EBITA) atteint 3,36 milliards d'euros -3,31 milliards attendus - en hausse de 3,7% et de 4,6% à taux de change constant, en particulier grâce à Activision Blizzard et à GVT. Le Résultat net ajusté s'élève à 1,83 milliard d'euros, en hausse de 20,2 % et contre seulement 1,73 milliard attendu. Cette progression s'explique notamment par la hausse de l'EBITA et par l'impact fiscal dès le 1er janvier 2011 de l'opération concernant SFR. Le résultat net, part du groupe est un bénéfice de 2,56 milliards d'euros (2,07 euros par action), contre un bénéfice de 1,27 milliard au premier semestre 2010 (1,03 euro par action), soit une augmentation de 101,9 % (1,29 milliard). Il inclut les autres produits de 1 289 millions d'euros, contre 8 millions d'euros au premier semestre 2010, qui comprennent essentiellement un produit net de 1 255 millions d'euros lié au règlement définitif le 14 janvier 2011 du différend relatif à la propriété des titres PTC en Pologne. Il inclut également les autres charges de 459 millions d'euros, contre 41 millions d'euros au premier semestre 2010, qui comprennent essentiellement la moins-value réalisée lors de la cession le 25 janvier 2011 de la participation résiduelle de 12,34 % de Vivendi dans NBC Universal (-421 millions d'euros, dont -477 millions d'euros de réserves de conversion reclassées en résultat, correspondant à une perte de change qui reflète essentiellement la dépréciation du dollar depuis le 1er janvier 2004)