Vincent Peillon veut une refondation du métier d'enseignant

  • A
  • A
Vincent Peillon veut une refondation du métier d'enseignant
Partagez sur :

Le ministre de l'Education a annoncé plus de 43.000 recrutements sur deux ans...

Alors que le ministère de l'Education nationale a donné le coup d'envoi de la campagne nationale de recrutement des enseignants - 43.450 embauches sur deux ans ;60.000 sur l'ensemble du quinquennat - Vincent Peillon s'est dit prêt à ouvrir en 2013 une discussion concernant la revalorisation salariale. "C'est un vrai sujet", a souligné ce lundi matin, le ministre de l'Education nationale, sur RMC et BFM Télé. "L'Education, premier budget de l'Etat" "Les jeunes enseignants vont à partir de maintenant être payés à temps plein pour un demi-serivce", a-t-il d'ores et déjà fait valoir. L'Education est le "premier budget de l'Etat (...) ce n'est pas des cacahuètes quand même !", a-t-il martelé. Sans dire si le traitement des fonctionnaires seraient revalorisés davantage que l'inflation l'an prochain, Vincent Peillon a simplement dit "être prêt à aller plus loin", "en changeant aussi la nature du métier". Recruter pour un métier qui séduit toujours Si le métier d'enseignant jouit toujours d'une image globalement positive auprès de 8 Français sur 10, d'après un sondage CSA cité par le ministre lui-même, certaines disciplines comme l'anglais ou les mathématiques manquent de postulants. Pour y remédier, le plan lancé par l'Education nationale prévoit le recrutement de 18.000 étudiants boursiers à partir de la deuxième année de licence, dont 4.000 seront recrutés dès janvier 2013. "Quand vous venez d'un milieu modeste, faire cinq années d'études supérieures sans aucun revenu", n'est pas possible, a souligné Vinent Peillon. La priorité ira au "primaire" comme l'avait promis François Hollande lors de sa campagne présidentielle, a encore rappelé le ministre. Sur les 60.000 recrutements prévus d'ici 2017, 40.000 concerneront ainsi le premier degré.