Vers une hausse des péages autoroutiers de 1,2% à 2,2% au 1er février 2013

  • A
  • A
Vers une hausse des péages autoroutiers de 1,2% à 2,2% au 1er février 2013
Partagez sur :

D'après 'Le Parisien', les tarifs des péages auraient bondi de 11% au cours des cinq dernières années...

Les tarifs d'autoroutes devraient connaître une nouvelle augmentation au 1er février prochain, comprise entre 1,18% et 2,24%, d'après 'Le Parisien' du jour. Une hausse qui aurait été validée par l'Etat. Les tarifs autoroutiers ont flambé de 11% en 5 ans Tous les ans, les tarifs des sociétés d'autoroutes sont réajustés selon une formule mathématique adossée à l'inflation. Pourtant, 'Le Parisien' fait remarquer qu'entre 2007 et 2012, les tarifs autoroutiers ont augmenté en moyenne de 11% alors que les prix à la consommation ont grimpé de "seulement" 8,5%. D'autres éléments sont pris en compte dans le calcul, comme le coût de construction de l'autoroute, les frais d'entretien du réseau, de son exploitation ou encore les réparations éventuelles, ce qui explique les différences de tarifs entre les sociétés. D'après les chiffres du 'Parisien', le prix moyen aux 100 kilomètres pour une voiture varie ainsi de 7,30 euros pour les autoroutes Paris-Rhin-Rhône à 12,09 euros pour la Société française du tunnel du Fréjus (hors tunnel). Enfin, depuis 2010, une contribution sur le péage a été mise en place par le gouvernement afin de financer une partie du déficit structurel des trains d'équilibre du territoire. "Elle constitue une surtaxe, pour les automobilistes, de 0,5% s'ajoutant aux augmentations prévues contractuellement", rappelle l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa). Des bénéfices confortables L'entretien a certes un coût, mais le quotidien fait remarquer que les sociétés d'autoroutes continuent d'enregistrer des résultats très confortables. Elles auraient dégagé 1,93 milliards d'euros de bénéfice net l'an passé, soit 260 millions d'euros de plus qu'en 2010, et ce, grâce à une fréquentation toujours plus importante et des réductions de coûts drastiques.