Vers un marché immobilier à trois vitesses à Paris ?

  • A
  • A
Vers un marché immobilier à trois vitesses à Paris ?
Partagez sur :

Un recul des prix se profile, "mais pas de façon homogène", selon un spécialiste...

L'immobilier parisien va devenir un marché à trois vitesses dans un contexte de taux stagnants, selon Olivier Dacquin, de la Banque Patrimoine et Immobilier (Groupe Crédit Immobilier de France). Le ralentissement économique actuel devrait permettre de corriger certains points "illogiques", selon le spécialiste, qui envisage une baisse des prix mais "pas de façon homogène". Selon lui, "le temps où le prix moyen des logements d'un quartier était égal au prix de vente de quasiment tous les logements de ce quartier est sans doute terminé et ce n'est pas une mauvaise chose !". Olivier Dacquin pense que cela va remettre la qualité des logements sur le devant de la scène, avec "des biens d'exception vendus au plus haut et des biens avec des défauts, vendus au plus bas de la fourchette de prix", et au milieu, une troisième tranche de logements. L'expert de la BPI table sur une stagnation voire une baisse des prix d'une partie des "logements classiques", tandis que ceux des logements présentant des défauts (rez-de-chaussée, avec une pièce sans fenêtre, au 6ème sans ascenseur...) vont baisser dans les prochains mois. "En revanche, les logements exceptionnels, situés dans les quartiers parisiens les plus recherchés, devraient continuer à s'apprécier", pronostique-t-il. "Une baisse brutale de tous les biens est d'autant moins prévisible que les taux d'intérêt devraient rester stables dans les prochains mois. La BCE semble opter pour une sauvegarde du pouvoir d'achat des ménages et a clairement indiqué que sa politique de taux serait la stabilité. En revanche, on ne sait pas quelle sera la situation des banques et des établissements financiers sur le plan des liquidités", poursuit Olivier Dacquin, qui signale que son établissement ne devrait pas souffrir d'une telle situation car les conditions d'octroi des prêts sont déjà "très sécurisées"...