Vers la fin du service minimum dans les transports, en cas de grève ?

  • A
  • A
Vers la fin du service minimum dans les transports, en cas de grève ?
Partagez sur :

La loi Diard pourrait être supprimée, selon 'Le Parisien' du jour...

Le gouvernement Ayrault pourrait remettre en cause la loi Diard sur le service minimum, encadrant le droit de grève dans les transports, instaurée en 2007 puis durcie en mars dernier sous Nicolas Sarkozy, croit savoir 'Le Parisien' du jour. Une décision devrait être prise conjointement par le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier et son homologue au Travail, Michel Sapin, poursuit le quotidien. Pour mémoire, la loi Diard oblige les agents grévistes à déclarer leur mouvement 48 heures à l'avance et à donner des prévisions de trafic 24 heures avant, afin de pénaliser le moins possible les usagers en cas de grève. Appliquée dans un premier temps aux services "terrestres" de transports des voyageurs (SNCF et RATP notamment), elle avait été étendue au secteur aérien en mars dernier. Un dispositif qui stigmatise la grève pour les syndicats Pour les organisations syndicales, cette disposition est "stigmatisante" et entrave le droit de grève. La semaine dernière, les syndicats de la RATP s'étaient adressés au gouvernement dans un communiqué commun. "Nous demandons (...) à la majorité parlementaire de revenir sur cette mesure dont l'inefficacité n'a d'égale que la volonté politique de bâillonner l'expression de mécontentement des salariés", écrivaient-ils. Leur voix aurait-elle été entendue ?