Une date butoir pour la fin des offres de rachat de SFR ?

  • A
  • A
Une date butoir pour la fin des offres de rachat de SFR ?
Partagez sur :

Vivendi aurait choisi le 5 mars pour mettre fin aux candidatures...

Mercredi 5 mars, à 20 heures... C'est la date butoir qu'aurait fixée Vivendi pour les offres de reprise de SFR, sa filiale télécoms, selon les informations du 'Monde'. Le seul candidat déclaré pour le moment est Altice, la maison-mère du câblo-opérateur Numericable, avec un projet déposé il y a quelques jours. Selon 'Le Monde', Vivendi aurait choisi cette échéance pour obliger Bouygues, qui est également intéressé, à mettre une offre sur la table. Bouygues Télécoms, actuellement le numéro trois français du mobile, redoute en effet de se retrouver isolé dans le paysage français en cas de rapprochement SFR/Numericable. Fragilisé, l'opérateur serait alors à la merci d'une offre de Free mobile (Iliad)... et cette option déplaît fortement au patron de Bouygues, Martin Bouygues, d'après plusieurs analystes financiers. Parmi les autres candidats potentiels figurent d'ailleurs Iliad. 'Les Echos' indiquaient la semaine dernière qu'il n'existait pas d'offre concrète mais que "les équipes des deux groupes ont repris le contact pour évaluer les possibilités". Il y a tout juste un an, les deux groupes avaient déjà tenté de se rapprocher, en vain, l'Autorité de la concurrence s'opposant à une telle opération. Un autre candidat A ces candidats potentiels s'ajouterait, toujours selon 'Le Monde', le fonds d'investissement CVC Capital Partners, propriétaire de Sunrise, qui est aussi le deuxième opérateur mobile en Suisse. "Vivendi espère obtenir une valorisation supérieure à 15 milliards d'euros de sa filiale", poursuit le quotidien. L'opération annulerait en tous cas de facto l'introduction en Bourse de SFR programmée début juillet. "Au sein du conseil de surveillance de Vivendi, un comité ad hoc a été constitué afin d'étudier les candidatures au rachat", ajoute 'Le Monde', précisant qu'il est présidé par un proche de Jean-René Fourtou, Henri Lachman.