Un tiers des Français renonce à se soigner pour des raisons financières

  • A
  • A
Un tiers des Français renonce à se soigner pour des raisons financières
Partagez sur :

En 2009, ils n'étaient que 11% à renoncer ou à reporter des soins médicaux pour raisons financières.

En 2013, un tiers des Français (33%) a renoncé ou a reporté des soins médicaux pour raisons financières contre 27% l'an dernier et seulement 11% en 2009 , d'après la septième vague du baromètre Santé & Société Europ Assistance/CSA. Les soins dentaires souvent reportés Cette proportion est bien plus faible dans d'autres pays européens touchés plus durement par la crise : elle s'élève à 7% en Espagne et 20% en Italie. Dans la plupart des cas, les Français ont renoncé aux soins dentaires (25%). Viennent ensuite les achats de lunettes ou lentilles (17%) et les soins courants (17%) Comment financer la hausse des dépenses de santé ? D'ailleurs les Français sont 48% à déclarer que "l'augmentation du financement personnel" est une menace "très importante" pour l'avenir du système de santé. Ils sont aussi 40% à la juger "assez importante". Pour couvrir l'augmentation des dépenses de santé, les Français préconisent de plus en plus d'avoir davantage recours aux franchises par acte médical (40% contre 32% l'an dernier)  - sommes déduites des remboursements par l'assurance maladie - plutôt que d'augmenter les impôts et cotisations (32% contre 39% en 2012) ou que de se doter d'une assurance privée ou d'une complémentaire facultative (28%). Au niveau européen, la hausse des impôts est privilégiée (38% contre 32% pour la franchise). Enfin, les résultats du sondage montrent que si les Français sont une grande majorité à estimer que le système de santé ne permet pas un accès égalitaire aux soins (56%), ils ne sont pas pour autant prêts à voir leur impôts augmenter pour régler ce problème (56%).