Un rapport prône 2,2 milliards d'euros d'économies sur les prestations familiales

  • A
  • A
Un rapport prône 2,2 milliards d'euros d'économies sur les prestations familiales
Partagez sur :

"Aucune décision n'a été prise", tempère le ministre du Travail Michel Sapin...

Il faudrait 2,2 milliards d'euros d'économies dans les Caisses d'allocations familiales d'ici 2016 pour redresser les comptes de la branche famille de la Sécurité sociale. C'est en tous cas la conclusion du Haut conseil de la famille, chargé de présenter une réforme de ces prestations, d'après un article publié ce mardi dans 'Les Echos'. "Le besoin de financement devrait atteindre, à cet horizon, 1,7 milliard d'euros. Mais cette prévision ne tient pas compte des hausses de prestations annoncées en décembre par Jean-Marc Ayrault pour lutter contre la pauvreté", écrit le quotidien économique. Le rapport, qui sera présenté jeudi au Haut conseil de la famille, ne donne pour l'instant pas de piste précise mais souligne que les classes moyennes et supérieures bénéficient largement de la politique familiale. "Quelque 15 milliards d'euros de prestations sont attribuées sans aucune condition de ressources" aux foyers aisés, écrivent notamment 'Les Echos'. A l'opposé, seuls 14% des ménages ont des revenus trop élevés pour toucher la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje). "Les taux d'exclusion sont faibles, et épargnent le gros des classes moyennes", écrivent les auteurs du rapport, repris par le quotidien. "Aucune décision n'est prise" Le ministre du Travail Michel Sapin a réagi ce matin à cet article sur France Info. "Aucune décision n'est prise dans ce domaine, mais il y a une orientation, nous devons maîtriser les déficits, tous les déficits, les déficits de l'Etat comme les déficits de la sécurité sociale. C'est l'intérêt profond de la France et des Français", a-t-il déclaré. "Le gouvernement, il a une méthode, cette méthode, ça consiste à faire travailler des spécialistes, ça consiste ensuite à ouvrir la négociation ou la concertation avec les forces sociales, et en particulier le patronat et les syndicats, et ensuite nous prenons nos décisions", a-t-il ajouté...