Un rapport parlementaire épingle la privatisation de la SNCM

  • A
  • A
Un rapport parlementaire épingle la privatisation de la SNCM
Partagez sur :

Un rapport d'enquête de l'Assemblée nationale publié mercredi pointe sévèrement du doigt la privatisation de la SNCM - compagnie qui assure la desserte entre la Corse et le continent - réalisée en 2006. Pilotée à l'époque par le gouvernement de Dominique de Villepin, l'opération est qualifiée de "gâchis épouvantable". Une perte évaluée à 400ME pour l'Etat Cette commission présidée par le socialiste Arnaud Leroy et dont le rapport a été rédigé par le radical de gauche Paul Giacobbi, un élu de Corse, chiffre à "au moins 400 millions d'euros, voire 450 millions", les pertes patrimoniales et financières totales de l'Etat sur la SNCM. Elle ajoute que le seul bénéficiaire financier de cette affaire est la société Butler Capital Partners "qui en a retiré une plus-value de soixante millions d'euros". Pour mémoire, ce dernier a été brièvement actionnaire de la SNCM avec Veolia lors de la privatisation avant de céder ses parts au groupe de services aux collectivités. Malgré tout, les auteurs du rapport notent que " sur le plan pénal ", rien ne peut être reproché. Contentieux avec Bruxelles La SNCM est actuellement en grande difficulté... Elle a lancé en juin dernier un plan de sauvetage prévoyant la suppression de 515 postes à temps plein, sans licenciements secs. Près de 415 départs doivent avoir lieu en 2014 et une centaine d'autres seront étalés dans le temps jusqu'en 2019. Par ailleurs, la Commission européenne a annoncé le mois dernier qu'elle allait saisir de saisir la Cour de Justice de l'UE, la France n'ayant pas récupéré les aides d'Etat que Bruxelles considère comme "illégales". Elle exige la restitution de 220 millions d'euros aux contribuables pour la période 2007-2013.