Un quart des jeunes en emploi bénéficient d'un contrat aidé par l'Etat en 2012

  • A
  • A
Un quart des jeunes en emploi bénéficient d'un contrat aidé par l'Etat en 2012
Partagez sur :

Il s'agit à plus de 90% de contrats en alternance...

Alors que fin 2012, le taux de chômage des 15-29 ans a atteint un niveau historique de 18%, une étude publiée par la Dares, service rattaché au ministère du Travail montre que parmi les jeunes étant en poste, un quart le sont en contrats aidés (25,2%, soit 642.000 personnes). Il s'agit à 90% de contrats en alternance. Des choix politiques "Au total, 584.000 jeunes de moins de 26 ans, dont 433.000 apprentis, bénéficient d'une formation en alternance - apprentissage et professionnalisation - fin 2012, soit 15.000 de moins que le maximum atteint en 2008", précise la Dares. En 2011, ils étaient proches de leur plus haut niveau, à 592.000. Cette année là, Nicolas Sarkozy avait pris des mesures visant à favoriser l'apprentissage, relevant le quota de jeunes en formation imposé aux entreprises de plus de 250 salariés de 3% à 4%. Il avait également instaurer une aide d'état pour les embauches réalisées entre le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010 de jeunes âgés de moins de vingt-six ans en contrat de professionnalisation. En revanche, hors alternance, le nombre de jeunes bénéficiant d'un contrat aidé dans le secteur marchand a fortement reculé pour s'établir à environ 8.000 fin 2012 contre 15.000 fin 2011 et contre 140.000 durant la période 2006-2007 ! Le secteur marchand en comptait 49.000 à la fin de l'année, contre plus de 150.000 à la fin des années 1990 ! Ce chiffre s'explique par les fameux "emplois jeunes" qui ont vu le jour en 1997 sous le gouvernement de Lionel Jospin. Emplois d'avenir & Contrats de génération Cette année, ce chiffre leur nombre devrait à nouveau progresser avec "la montée en puissance" des emplois d'avenir. Le ministre du Travail, Michel Sapin a indiqué cet été que la barre des 100.000 contrats signés serait franchie à la fin de l'année. En revanche, le gouvernement peine à séduire les entreprises avec ses contrats de génération, qui ont pour but de favoriser l'embauche de jeunes en CDI tout en maintenant les seniors dans l'emploi, grâce à des allègements de charges