Un Néerlandais inconnu attendu à la tête des finances européennes

  • A
  • A
Un Néerlandais inconnu attendu à la tête des finances européennes
Partagez sur :

Jeroen Dijsselbloem devrait, sauf coup de théâtre, être désigné ce soir président de l'Eurogroupe...

Le ministre néerlandais des Finances Jeroen Dijsselbloem devrait, sauf coup de théâtre, être désigné ce soir président de l'Eurogroupe, par le conseil des ministres des Finances de la zone Euro. Ce responsable social démocrate a désormais obtenu le soutien de la plupart de pays-membres, notamment de son prédécesseur, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, qui occupait le poste depuis 8 ans... Inconnu des milieux financiers De fait, la nomination de Jeroen Dijsselbloem, inconnu des milieux financiers et plus célèbre dans son propre pays dans d'autres domaines (éducation, agriculture...), apparaît comme un compromis sur fond de désaccord franco-allemand... La France s'est en effet opposée à la candidature du ministre allemand Wolfgang Schäuble, mais n'est pas allée jusqu'à imposer son propre candidat, Pierre Moscovici, un temps pressenti. La chancelière allemande Angela Merkel a alors proposé une candidature tierce, celle de M. Dijsselbloem, un choix qui devrait donc être entériné par défaut ce soir... Proche des positions de Berlin Alors que Paris et Berlin s'apprêtent à célébrer le 50ème anniversaire du traité de l'Elysée, l'amitié franco-allemande risque cependant de connaître encore des tiraillements... Bien qu'étant de gauche, le ministre néerlandais a en effet toujours affiché des positions proches de celle de l'Allemagne lors des négociations européennes, ce qui pourrait irriter la France. Le ministre des Finances français, Pierre Moscovici, a d'ailleurs déjà critiqué à demi-mot Jeroen Dijsselbloem en s'interrogeant sur son absence d'expérience : Invité hier de l'émission Internationales de 'RFI-TV5-Le Monde', Pierre Moscovici a demandé à son homologue néerlandais d'énoncer son programme et de "rester dans la continuité de ce qu'a fait Jean-Claude Juncker" dans trois dossiers prioritaires : l'union bancaire, l'équilibre entre déficit et croissance et la garantie de l'intégrité de la zone Euro.