Un Français travaille plus de la moitié de l'année pour payer ses impôts

  • A
  • A
Un Français travaille plus de la moitié de l'année pour payer ses impôts
Partagez sur :

Une étude montre qu'il travaillera jusqu'au 26 juillet à cette cause, contre juin en moyenne pour les autres pays européens...

Une nouvelle étude réalisée par l'Institut Economique Molinari montre que la France reste l'une des championnes en Europe de la pression fiscale et sociale. Son taux a certes augmenté dans l'Union (passant de 44,11% à 45,06% entre 2012 et 2013), mais Paris (56,61%) se distingue nettement aux côtés de l'Autriche, de la Hongrie, de l'Italie et de l'Allemagne, avec des taux supérieurs à 50%. Sur le continent, seule la Belgique fait pire avec un taux de pression fiscale et sociale de 60,25%. Le Français conserve moins de la moitié de ses revenus Concrètement, cela signifie que dans ces six pays, les prélèvements dépassent le pouvoir d'achat réel. En France par exemple, pour 100 euros de salaire avant charges et impôts, 56,61 euros partent en prélèvements ne laissant pas plus de 43,39 euros de pouvoir d'achat réel au salarié. L'étude montre également que pour obtenir 100 euros de pouvoir d'achat, un salarié français doit gagner 230 euros avant charges et impôts... alors qu'un Britannique aura le même pouvoir d'achat avec seulement 157 euros de revenus. Les salaires élevés ne compensent qu'en partie la pression fiscale Bien entendu les niveaux de salaires diffèrent largement au sein de l'Union et sont aussi à prendre en compte. Avec 53.647 euros par an (avant charges et impôts), les Français arrivent en 5ème place, devant l'Allemagne (52.440 euros) ou le Royaume-Uni (46.767 euros). Néanmoins, une fois la fiscalité appliquée, la France rétrograde à la 9ème place avec (23.276 euros), cette fois derrière l'Allemagne (24.652 euros) et loin du Royaume-Uni (29.768 euros). De manière plus symbolique, l'Institut publie enfin un calendrier de libération fiscale et sociale. En d'autres termes, un salarié français travaillera cette année jusqu'au 26 juillet uniquement pour payer ses impôts et ses prélèvements. A titre de comparaison, cette date charnière se situe plutôt en juin pour la plupart des autres pays.