Un démarrage décevant pour la Zoé de Renault

  • A
  • A
Un démarrage décevant pour la Zoé de Renault
Partagez sur :

La citadine électrique peine à percer sur les marchés français et européen...

Le démarrage est décevant pour Zoé, la petite citadine électrique de Renault, six mois après son lancement. D'après les chiffres révélés mardi par 'Les Echos', 6.000 unités ont été écoulées à fin ao�"t, dont 4.140 pour le seul marché français. Et la tendance n'est pas à l'accélération, puisque seules 198 voitures ont été achetées en ao�"t, en baisse pour le deuxième mois consécutif. "En absolu, ces chiffres restent marginaux, comparé aux 1,16 million de voitures particulières écoulées en France depuis le début d'année ou aux 287.500 voitures vendues par la marque Renault sur la période", écrivent 'Les Echos'. "Pas d'explosion" "C'est un bon démarrage. Il n'y a pas d'explosion, mais un développement progressif, chose que nous anticipions, vu la rupture technologique ", commente le directeur commercial des ventes électriques de Renault, Vincent Carré, dans les colonnes du quotidien. Le constructeur automobile ne s'était pas fixé d'objectif chiffré en termes de vente, et se félicite de réaliser "73% des ventes de voitures électriques en France depuis janvier sur un marché de 5.674 voitures". La Zoé, dont le moteur est fabriqué à Cléon, en Seine-Maritime, et la voiture est assemblée à Flins, dans les Yvelines, doit faire face à la prudence des automobilistes, visiblement pas encore prêts à franchir le pas de l'électrique. 'Les Echos' rappellent que la France ne compte actuellement que 2.000 bornes de rechargen et que l'autonomie de ces véhicules est très réduite, "entre 130 et 150 km pour la Zoé"...