Un décret interdit l'éclairage des bâtiments non résidentiels la nuit

  • A
  • A
Un décret interdit l'éclairage des bâtiments non résidentiels la nuit
Partagez sur :

Une mesure qui concerne les vitrines de magasins, mais aussi les bureaux et les éclairages de bâtiments publics.

Laisser les vitrines de magasins allumées en pleine nuit, sera considéré comme un acte illégal à compter du 1er juillet 2013... Un décrét paru ce mercredi au Journal Officiel prévoit d'encadrer l'élairage nocturne des bâtiments non résidentiels. Un décret qui ne se limite pas qu'aux vitrines L'arrêté s'applique à l'ensemble des installations des bâtiments non résidentiels, "recouvrant à la fois l'éclairage intérieur émis vers l'extérieur de ces bâtiments et l'illumination des façades de bâtiments, à l'exclusion des installations d'éclairage destinées à assurer la protection des biens", souligne le 1er article. Pour les locaux à usage professionnels, l'extinction des feux devra se faire une heure après que les lieux aient été quittés. Concernant les illuminations de façades et les vitrines, les éclairages seront éteints au plus tard, à une heure du matin - à quelques rares exceptions près - et pourront être rallumés à partir de 7 heures, "ou une heure avant le début de l'activité si celle-ci s'exerce plus tôt". Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), ces mesures permettraient d'économiser l'équivalent de la consommation électrique annuelle (hors chauffage et eau chaude) de 750.000 ménages. Quelques dérogations Les préféts pourront déroger à la règle la veille des jours fériés chômés, durant les illuminations de Noûl ou "lors d'événements exceptionnels à caractère local définis par arrêté préfectoral", précise le texte. De même, des améngements seront possibles dans les zones touristiques "d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente".