Un contrat saoudien échappe à la SNCF et Alstom

  • A
  • A
Un contrat saoudien échappe à la SNCF et Alstom
Partagez sur :

Il s'agit du projet ferroviaire à grande vitesse d'Haramein qui s'élève à 6,74 milliards d'euros...

Le consortium Al Shoula, regroupant des entreprises saoudiennes et espagnoles a été préféré au concurrent qui comprenait notamment les français Alstom et la SNCF pour la deuxième phase du projet ferroviaire à grande vitesse d'Haramein... Un contrat qui s'élève à 6,74 milliards d'euros et dont la ligne de chemin de fer doit relier les villes saintes de La Mecque et de Médine au port de Djeddah, où arrivent de nombreux pèlerins. La Ville économique du Roi Abdallah, une cité nouvelle en construction, doit également être intégrée au réseau. "Cette phase du projet comprend la construction des voies, l'installation de la signalisation, la fourniture de 35 rames ainsi que les opérations et la maintenance sur douze ans", précisent les chemins de fer saoudiens. Le contrat prévoit la construction de 450 kilomètres de voies à grande vitesse, pouvant transporter plus de 160.000 passagers par jour, selon un communiqué du ministère des Travaux publics espagnols. Cet appel d'offres a connu de nombreux rebondissements. Les deux acteurs français avaient retiré leur candidature en février 2010 alors que les autorités saoudiennes eurent brusquement changé les règles du jeu de l'appel d'offres. En juin de la même année, ils s'étaient finalement remis en selle, partant même favori, un consortium chinois qui avait initialement les faveurs du régime, ayant déclarait forfait. Cet été, 'Les Echos' avaient déjà senti le vent tourner prédisant la victoire des Espagnols...