Un chômeur doit patienter en moyenne 359 jours pour trouver du travail

  • A
  • A
Un chômeur doit patienter en moyenne 359 jours pour trouver du travail
Partagez sur :

Pôle emploi dévoile son indicateur conjoncturel de durée au chômage (ICDC)...

359 jours, soit près d'une année... C'est la durée moyenne durant laquelle un demandeur d'emploi devra patienter pour trouver ou retrouver du travail en France, d'après les statistiques officielles. Pôle emploi dévoile en effet ce lundi son indicateur conjoncturel de durée au chômage (ICDC), créé pour "synthétiser l'incidence de la conjoncture économique sur l'état du marché du travail, et les opportunités qu'il offre pour trouver rapidement un emploi". Avec cet outil, Pôle emploi se targue de "refléter très rapidement les modifications de la conjoncture économique". Ainsi, l'IDC va évaluer "la durée moyenne de chômage d'une cohorte fictive de demandeurs d'emplois qui y sont entrés au cours d'un trimestre donné". Ces demandeurs "connaîtraient tout au long de leur parcours le même environnement économique sur le marché du travail que celui de leur trimestre d'entrée au chômage"... Et depuis 2011, la situation ne s'est pas améliorée pour les chômeurs. Ainsi, l'entrée de la France en récession au 2e trimestre 2008 a entraîné une remontée de l'indicateur, "qui atteint son point haut au 2e trimestre 2009 en avoisinant les 12 mois". Le chômage est resté élevé depuis cette période, et "avec le repli de la croissance depuis le 2e trimestre 2011, il atteint un nouveau pic au 4e trimestre 2011, à 359 jours". Pôle emploi note cependant que l'IDC varie beaucoup selon le profil des demandeurs d'emploi. Les statistiques montrent qu'entre le deuxième trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2009, un peu plus d'un quart des emplois intérimaires (170.000 postes) ont été détruits. Ainsi, "l'indicateur de durée de chômage suite à une fin de mission d'intérim a bondi de plus de 70% entre les deux périodes, soit près de 6 mois de plus. La crise a aussi durement affecté les salariés licenciés". Les personnes ayant démissionné, celles reprenant une activité ou encore celles qui se sont inscrites pour la première fois s'en tirent mieux...