UE : plus de 60% des produits dangereux interceptés en 2013 proviennent de Chine

  • A
  • A
UE : plus de 60% des produits dangereux interceptés en 2013 proviennent de Chine
Partagez sur :

Il s'agit surtout de vêtements et de jouets.

L'an dernier, la Commission européenne a  reçu 2.364 signalements pour des produits non alimentaires dangereux circulant au sein de ses frontières, soit une hausse des alertes de 3,8% par rapport à 2012 et contre seulement 200, il y a dix ans. Pour l'organe exécutif européen, la hausse de cette détection s'explique par une meilleure efficacité de son système d'échanges d'informations pour la défense des consommateurs, baptisé Rapex. Le textile, premier produit à risque La plupart de ces produits provenaient comme en 2012 de la Chine avec 64 % des notifications de produits présentant un risque grave (+ 6 points), alors que 15% viennent des Etats de l'Union européenne ou de l'Espace Economique Européen (- 2 points). "L'Union et la Chine collaborent de façon bilatérale à l'amélioration des échanges de renseignements entre autorités et à des activités de communication", assure la Commission. Concernant le type de biens, les alertes portent toujours en premier lieu "l'habillement, le textile et les articles de mode" (25%) à égalité avec les jouets (19%). "Pour ces produits, les notifications ont signalé le plus souvent des risques chimiques, ainsi que des risques de strangulation, de blessure et de suffocation", précise la Commission. Viennent ensuite les "appareils et matériels électriques" (9%), les véhicules automobiles (7%) et les produits cosmétiques (4%).