UE : L'OCDE salue les réformes, malgré les défis nombreux à relever

  • A
  • A
UE : L'OCDE salue les réformes, malgré les défis nombreux à relever
Partagez sur :

Le Vieux continent sort de la crise mais doit mener de nouvelles réformes s'il veut retrouver le chemin d'une croissance durable...

"Les économies de l'UE, y compris celles qui ont été les plus durement touchées par la crise, semblent voir le bout du tunnel après plusieurs années de croissance faible et inégale", écrit l'OCDE dans une étude publiée ce jeudi. Saluant les importantes réformes menées qui ont permis de rétablir la confiance des marchés, elle souligne toutefois que de nombreux défis restent à relever, notamment sur le front de l'emploi. Des risques pèsent L'organisation rappelle ainsi que si le taux de chômage en Allemagne est plus faible que jamais, à environ 5 %, il dépasse 25% en Espagne et en Grèce. "Dans la grande majorité des pays, le chômage des jeunes atteint au moins le double du taux global", souligne-t-elle. Autre risque pesant sur la zone euro :la déflation ou la période prolongée de très faible inflation. L'important volant de ressources non utilisées dans l'économie exerce de manière persistante des pressions sur l'inflation, qui reste nettement inférieure à la définition quantitative de la stabilité des prix de la BCE (juste sous les 2%)", explique-t-elle. Réformer en profondeur Afin de renouer avec une croissance durable et la création d'emplois, l'OCDE préconise des réformes encore plus poussées. Sur le marché du travail par exemple, "elles peuvent contribuer à mieux aligner les salaires sur la productivité". Dans les pays déficitaires -comme la France - l'organisation recommande de mettre en oeuvre des réformes "structurelles axées sur le renforcement de la productivité et de la compétitivité prix et hors-prix, et l'assouplissement des réglementations" pour stimuler les exportations. Achever le marché unique L'OCDE plaide également pour une redynamisation du marché unique, en allégeant les obstacles aux échanges avec l'extérieur, en supprimant les restrictions "inutiles" à l'investissement direct étranger ou en facilitant la mobilité de la main-d'oeuvre. Achever le marché unique engendrerait d'importants gains. "Selon la Commission, (il) a généré 2,8 millions d'emplois supplémentaires au sein de l'UE et un surcroît de PIB de 2% de 1992 à 2008", précise l'étude.