UBS : 1,4 milliard de francs pour solder l'épisode Libor

  • A
  • A
UBS : 1,4 milliard de francs pour solder l'épisode Libor
Partagez sur :

La banque a transigé avec les autorités...

UBS solde l'épisode Libor... La banque s'est engagée à verser près de 1,4 milliard de francs (1,1 milliard d'euros) aux autorités américaines, britanniques et suisses au titre d'amendes et de restitution de profits, pour mettre un terme à l'affaire du Libor. La banque confirme ce matin que son conseil a validé les accords passés avec les autorités des trois pays. Dans le détail, la FSA britannique recevra 160 millions de livres, la FINMA suisse 59 millions de francs et les autorités américaines (CFTC et Ministère de la Justice) 1,2 milliard de dollars. Les accords reconnaissent que certains collaborateurs d'UBS ont entrepris des démarches visant à manipuler les soumissions pour certains taux d'intérêt de référence, en vue de profiter des positions de négoce, et que certains collaborateurs de la banque ont agi de connivence avec les collaborateurs d'autres banques et des courtiers en espèces pour influencer certains taux de référence, notamment le Yen Libor, en vue de profiter de leurs positions de négoce. En outre certains employés ont donné des instructions faussées aux soumissionnaires d'UBS, qui étaient en partie motivées par le désir d'éviter une image négative sur les marchés et dans les médias pendant la crise financière. Par ailleurs, le conseil d'administration d'UBS Securities Japan a autorisé UBSSJ à plaider coupable en réponse à une accusation de fraude par voie électronique liée à la manipulation de certains taux d'intérêt de référence, dont le Yen Libor. "Comportement inacceptable" "Au cours de ces enquêtes, nous avons découvert que certains collaborateurs avaient eu un comportement inacceptable. Leur comportement illicite ne reflète pas les valeurs d'UBS, ni les normes éthiques élevées que nous nous attendons de chaque collaborateur. Nous avons pleinement coopéré avec les autorités et pris des mesures décisives et efficaces pour corriger les problèmes et renforcer nos dispositifs et nos procédures de contrôle", a précisé le CEO d'UBS, Sergio Ermotti. La banque indique en parallèle que ses résultats du 4ème trimestre seront déficitaires, notamment à cause de l'annonce du jour. L'établissement explique aussi qu'il progresse dans la réduction des actifs pondérés en fonction du risque (RWA), avec un ratio "Bâle 3 common equity" dans son application intégrale qui sera "globalement au même niveau qu'au troisième trimestre, soit 9,3%". La croissance de l'afflux net d'argent frais dans les unités de wealth management d'UBS devrait être positive...