Transports : l'utilisation des bandes d'arrêts d'urgence bientôt autorisée ?

  • A
  • A
Transports : l'utilisation des bandes d'arrêts d'urgence bientôt autorisée ?
Partagez sur :

Certaines expérimentations ont déjà été menées en France...

Qui n'a jamais rêvé d'emprunter les bandes d'arrêt d'urgence en plein bouchon sur les autoroutes ? Le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, songe à ouvrir cette pratique mais pour certains types de véhicules uniquement et sur des créneaux horaire bien précis. Etude du dispositif "Il y a un certain nombre de lieux où les bandes d'arrêt d'urgence très larges permettraient de décongestionner la circulation", comme "à l'approche des aéroports", a déclaré Frédéric Cuvillier sur RTL. Ce dernier va donc demander à ses services de recenser les lieux où un tel dispositif pourrait être mis en place. Cela nécessiterait "d'adapter la signalisation". Expérimentation 'Le Figaro' rappelle cependant que l'idée n'est pas nouvelle, le dispositif étant testé dans plusieurs villes de France comme à l'entrée de Grenoble. Aménagée en 2007 par le Conseil général de l'Isère, cette voie de cinq kilomètres est uniquement réservée aux bus en période d'embouteillages. Face au succès de l'opération, elle a même été prolongée de quatre kilomètres supplémentaires. Une expérimentation a également été lancée en 2012 dans l'Essonne. Les bus reliant la gare de Dourdan à celles d'Orsay ou Massy via la gare autoroutière de Briis-sous-Forges ont été autorisés à emprunter la bande d'arrêt d'urgence de l'A10 en période de pointe. En Ile-de-France, le dispositif est appelé à se développer, plusieurs "corridors" ayant été identifiés. A l'exception de ces rares expérimentations, la pratique est aujourd'hui interdite. Un décret datant de 2012 a même alourdi le montant de l'amende pour circulation sur une bande d'arrêt d'urgence. Elle est passée de 35 à 135 euros. La sanction s'applique également pour les cas de franchissement de cet espace.