Tracfin alerte sur les risques de blanchiment dans le football

  • A
  • A
Tracfin alerte sur les risques de blanchiment dans le football
Partagez sur :

Avec la crise, les clubs de football notamment présentent "une vulnérabilité accrue au risque d'infiltration par des capitaux d'origine douteuse"...

La cellule française de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme met en garde contre le risque de blanchiment d'argent dans le football... Dans son rapport 2012, Tracfin souligne qu'avec la crise, les clubs peinent à vendre leurs places et leurs abonnements et que les annonceurs réalisent des coupes dans leurs budgets pour le sport. "Les clubs de football professionnels pourraient ainsi voir leurs recettes se fragiliser. Ces clubs qui attirent traditionnellement tant les investisseurs individuels que les grandes entreprises ou les fonds souverains, présentent ainsi une vulnérabilité accrue au risque d'infiltration par des capitaux d'origine douteuse", peu-on lire dans ce rapport. Exposé aux risques Comptes offshore, transactions illégales... Un rapport du Groupe d'action financière (Gafi) avait signalé dès 2009 que le football était particulièrement exposé aux risques de blanchiment. Les transferts de joueurs notamment sont en première ligne : Tracfin rappelle que selon la Ligue de football professionnel (LFP), en 2011, les opérateurs français affichaient un total de 190 millions d'euros pour ces transferts, tandis que les achats s'élevaient à 181 millions d'euros. Une loi a été adoptée en juin 2010, pour assujettir les agents à un dispositif de lutte anti-blanchiment. Selon ce texte, les agents sportifs "sont tenus de déclarer toutes sommes ou opérations portant sur des sommes dont ils savent, soupçonnent ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu'elles proviennent d'une infraction passible d'une peine de prison". Pourtant, "Tracfin n'a, en 2012, comme les années précédentes, reçu aucune déclaration d'agent sportif, signe de la nécessité de consolider le dispositif existant".