Toyota quitte à son tour l'Australie

  • A
  • A
Toyota quitte à son tour l'Australie
Partagez sur :

Le constructeur automobile ne parvient plus à faire face à la forte concurrence et à la vigueur du dollar australien.

Toyota ne fabriquera plus de voitures ni de moteurs en Australie à compter de 2017. "Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour tenter de changer le modèle économique mais les facteurs pesant sur la production et que nous ne pouvons pas contrôler sont trop nombreux", déplore dans un communiqué Max Yasuda, président de Toyota Australia. Il cite notamment la très forte concurrence, la vigueur du dollar australien et la perspective d'une baisse de la production. Conséquences économiques lourdes Toyota va en parallèle réduire la voilure sur son centre technique local. Environ 2.500 postes seront affectés, a précisé le président. "Nous travaillerons avec l'ensemble des parties prenantes afin de trouver le meilleur soutien à nos employés ainsi qu'à nos fournisseurs", a promis Max Yasuda. Pour David Oliver, secrétaire général de la Confédération australienne des syndicats (ACTU) cité par Reuters, la disparition de la production automobile aura "des conséquences lourdes pour toute l'économie". Le secteur automobile emploie directement et indirectement quelque 45.000 personnes, selon des chiffres officiels. La production de véhicules en Australie est passée de plus de 400.000 en 2004 à 200.000 en 2012. General Motors quitte aussi l'Australie Toyota n'est pas le premier constructeur automobile à quitter le pays. General Motors a également annoncé qu'il stopperait sa production d'ici 2017, pour des raisons semblables à celles de Toyota. Le groupe évoquait alors "la vigueur soutenue du dollar australien" , "le co�"t élevé de la production" , "l'étroitesse du marché intérieur qui est sans doute (...) le plus fragmenté du monde"...