Tout comprendre sur les nouvelles règles de l'assurance chômage

  • A
  • A
Tout comprendre sur les nouvelles règles de l'assurance chômage
Partagez sur :

Les partenaires sociaux ont trouvé un terrain d'entente ce week-end, et ont adopté de nouvelles modalités d'indemnisation des chômeurs pour assurer la pérennité du système...

Les partenaires sociaux ont trouvé un terrain d'entente ce week-end, et ont adopté de nouvelles modalités d'indemnisation des chômeurs pour assurer la pérennité du système. Le principe général ne change pas : après 4 mois de travail, un jour travaillé donnera toujours droit à un jour indemnisé dans la limite de 2 ans. En revanche, cet accord introduit de nouvelles mesures dans 5 cas bien précis. C'est la grande nouveauté de l'accord : un système de droits rechargeables va être mis en place afin de favoriser le retour à l'emploi de ceux qui enchaînent les contrats courts. A l'épuisement de son capital de droits, une personne pourra bénéficier d'un rechargement de ses droits si elle retravaille. Il suffira de 150 heures pour ouvrir de nouveaux droits. Cumul emploi-chômage Véritable casse-tête, le système actuel d'indemnisation des personnes qui cumulent activité réduite et indemnisation va être revu. Cumuler un petit salaire et une indemnisation de la part de Pôle Emploi sera désormais possible pendant toute la durée d'indemnisation et non plus pendant 15 mois seulement. Par ailleurs, les anciennes règles de calcul de l'indemnisation (jugées complexes) vont être supprimées. Pour calculer l'allocation due en cas de cumul, il suffira à l'avenir de déduire 70% du salaire brut de l'allocation perçue en cas d'inactivité. Intermittents Point de contestation lors des dernières semaines, le régime des intermittents du spectacle va être durci. Outre la mise en place d'un différé entre deux périodes d'indemnisation, la réforme prévoit que le cumul entre revenu d'activité en cours d'indemnisation et indemnités versées par l'assurance chômage ne pourra excéder 5.475,75 euros bruts mensuels (175% du plafond de la sécurité sociale). Par ailleurs les cotisations des intermittents vont passer de 10,8% à 12,8% (dont 4,8% à la charge des salariés). Nouvelle formule En cas de fortes indemnités de départ, le salarié devra patienter plus longtemps avant d'être indemnisé. Actuellement, le différé spécifique est plafonné à 75 jours. Une nouvelle formule va être appliquée. Elle portera la limite à 180 jours, sauf pour les licenciements économiques. Les salariés de plus de 65 ans, jusqu'alors exonérés de cotisations, vont être mis à contribution par l'assurance chômage. Leurs salaires seront ponctionnés à hauteur de 6,4% (taux de droit commun), dont 2,4% à la charge des salariés.