Total et Eni dans le viseur de la justice libyenne

  • A
  • A
Total et Eni dans le viseur de la justice libyenne
Partagez sur :

Elle soupçonne ces deux compagnies d'irrégularités financières sous l'ère Kadhafi notamment...

Les autorités des Etats-Unis et de la Libye se pencheraient sur les relations passées entre de grands groupes pétroliers comme Total et Eni avec l'ancien colonel Mouammar Kadhafi, croit savoir le 'Wall Street Journal'. Le bureau du procureur général libyen aurait ainsi ouvert une enquête sur les opérateurs pétroliers locaux et étrangers pour d'éventuelles "irrégularités financières", selon l'adjoint du procureur général, Saad Abdelmajeed, interrogé par le quotidien américain. La justice aurait demandé à la National Oil Corp, firme publique libyenne, de lui fournir les documents relatifs aux transactions réalisées avec ces sociétés ainsi qu'avec les négociants internationaux Vitol Group et Glenncore International, ajoute le 'WSJ'. "Bien que la justice se concentre principalement sur l'ère Kadhafi, (...) la demande de renseignements concerne également la période allant de la guerre civile à aujourd'hui", peut-on lire dans les colonnes du journal. Si la fraude était avérée, toute négociation future avec les compagnies pétrolières étrangères en Libye pourrait être compromise, alors même qu'il s'agit de l'un des rares pays encore ouverts à l'investissement étranger, fait remarquer le 'Wall Street Journal'. Un coup dur pour Eni, qui compte doubler sa production de pétrole en Libye au cours de la prochaine décennie... Eni et Total avaient déjà fait savoir que leurs activités dans le pays faisaient l'objet d'une enquête de la Securities and Exchange Commission, la commission américaine des opérations de Bourse.