TF1 paye le prix fort pour la coupe du monde

  • A
  • A
TF1 paye le prix fort pour la coupe du monde
Partagez sur :

La chaîne note également la prudence des annonceurs publicitaires, dans un contexte économique toujours morose.

La sanction est nette en Bourse ce vendredi pour TF1, avec un titre en recul de plus de 5% à 11,37 euros, peu après 11 heures. Les co�"ts élevés de diffusion de la Coupe du monde de football au Brésil ont pesé: le premier semestre s'est soldé par un résultat opérationnel courant en chute de 43,2% à 24,2 millions d'euros, et un bénéfice net des activités en repli de -45,2% à 17,1 millions d'euros. Enfin, le chiffre d'affaires ressort à 1,025 milliard d'euros, en hausse de 0,6% en glissement annuel, malgré une contraction de -1,6% de l'activité publicitaire. Le bénéfice net part du groupe atteint cependant 323,2 ME, gonflé par le produit de cession d'Eurosport. Co�"ts liés à la coupe du monde Dans le cadre de la seconde phase du plan d'optimisation lancée en 2012, le groupe a généré 10 ME d'économies récurrentes au premier semestre 2014, portant à 66 ME ses économies depuis mi-2012, pour un objectif de 85 ME d'ici la fin de l'année. TF1 précise que le résultat opérationnel courant à fin juin 2014 inclut 55,7 ME de co�"ts de programmes liés à la Coupe du monde de football. Les analystes attendaient un impact particulièrement fort de l'événement sur les comptes, il l'a été ! Natixis estime que ces résultats du deuxième trimestre ressortent "parfaitement en ligne avec les attentes. Le chiffre d'affaires publicitaire affiche une baisse de 2% au deuxième trimestre, sans indication sur la tendance publicitaire pour le troisième"... Le broker reste à l'achat sur le dossier en visant un cours de 14,60 euros. Prudence des annonceurs Le groupe précise que les annonceurs restent prudents face à l'absence de reprise économique claire en France. La visibilité sur les investissements publicitaires à venir reste très limitée, explique le management, tandis que la fragmentation du marché et l'augmentation des volumes de publicité diffusée sur la TNT contribuent à intensifier la pression concurrentielle. Le groupe confirme qu'il va réaliser au second semestre les 19 millions d'euros d'économies restant à trouver sur le programme de 85 millions.