Télécoms : pas d'effet sanitaire "avéré" à l'exposition des ondes, selon l'Anses

  • A
  • A
Télécoms : pas d'effet sanitaire "avéré" à l'exposition des ondes, selon l'Anses
Partagez sur :

L'Agence nationale de sécurité sanitaire émet toutefois une série de recommandations pour limiter l'exposition aux ondes des enfants et des grands consommateurs de téléphones portables...

L'exposition grandissante aux ondes électromagnétiques liée au développement des technologies sans fil "ne met pas en évidence d'effet sanitaire avéré", estime l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans la mise à jour de ses observations publiée ce mardi. Elle émet toutefois une série de recommandations compte tenu d'effets biologiques observés chez l'homme et l'animal, "avec des niveaux de preuves limités"... Pas d'effets avérés Compte tenu de l'absence d'effets sanitaires "avérés", l'Anses estime qu'il n'apparaît pas fondé, "de proposer  de nouvelles valeurs limites d'exposition pour la population générale". En revanche, de précédentes études "évoquent une possible augmentation du risque de tumeur cérébrale, sur le long terme, pour les utilisateurs intensifs de téléphones portables". L'Anses a également observé des effets biologiques sur le sommeil, la fertilité mâle ou les performances cognitives. "Néanmoins, les experts de l'Agence n'ont pu établir un lien de causalité entre les effets biologiques décrits sur des modèles cellulaires, animaux ou chez l'Homme et d'éventuels effets sanitaires qui en résulteraient". Classement comme "cancérogène possible" "Les conclusions de l'expertise sont donc en cohérence avec le classement des radiofréquences proposé par l'Organisation mondiale de la santé (CIRC) comme 'cancérogène possible' pour les utilisateurs intensifs des téléphones mobiles", souligne l'Anses. Elle recommande donc de limiter l'exposition aux radio-fréquence. Pour les utilisateurs intensifs de téléphone portable, elle préconise d'avoir recours aux kits main-libre et d'exposer les enfants le moins possible à l'utilisation de mobiles. Concernant la multiplication des antennes-relais, l'Anses appelle à un examen approfondi de leur impact. Par ailleurs, le développement des nouvelles infrastructures de réseaux de téléphonie mobile devraient faire l'objet "d'études préalables en matière de caractérisation des expositions".