Télécoms : Bouygues en passe de supprimer plus de 20% de ses effectifs ?

  • A
  • A
Télécoms : Bouygues en passe de supprimer plus de 20% de ses effectifs ?
Partagez sur :

Entre 1.500 et 2.000 postes pourraient êtres supprimés, suite à la mise en place d'un plan de restructuration.

Bouygues Télécom préparerait un vaste plan de réduction de co�"ts, qui entraînerait la suppression de 1.500 à 2.000 postes après l'échec de son offre sur SFR... C'est ce qu'affirment des sources syndicales citées par 'Le Figaro' du jour, précisant que l'annonce officielle de ces coupes claires ne serait pas faite avant les élections européennes du 25 mai, pour des raisons politiques... Plus de 20% des effectifs Le plan reviendrait à supprimer jusqu'à 22% des effectifs totaux du 3ème opérateur français, qui emploie environ 9.000 personnes. Le couperet devrait tomber avant l'été, alors qu'un comité de groupe doit se tenir fin mai, explique Alain Bernard, représentant de Force ouvrière de Bouygues Telecom, interrogé par le quotidien. Pour réduire ses co�"ts de fonctionnement, Bouygues Telecom devrait notamment simplifier prochainement sa grille d'offres, ce qui devrait contribuer à réduire les besoins en effectifs commerciaux liées à ces offres. Le groupe devrait concentrer ses efforts sur le développement de ses offres les plus chères à plus forte valeur ajoutée. Il réfléchirait aussi à déménager son siège vers Vélizy afin de faire des économies et pourrait aussi réduire la voilure du côté des investissements, selon des représentants des salariés. L'échec sur SFR pèse... Le modèle économique de Bouygues Telecom a été remis en cause par l'arrivée, début 2012, de Free Mobile (Iliad) qui a déstabilisé ses concurrents avec ses offres à bas co�"ts. Le chiffre d'affaires de Bouygues Telecom a ainsi chuté de 26% en deux ans, tandis que ses co�"ts ont augmenté de 10%. En deux ans, la filiale télécoms du groupe a perdu 200.000 clients et a vu son revenu par abonné chuter, alors que 18% de ses clients ont opté pour sa marque low-cost B & You. Le groupe espérait pouvoir redresser la barre en cas de succès de son offre sur SFR, le No2 du mobile en France, mais Vivendi a finalement préféré céder le contrôle de sa filiale au cablo-opérateur Numericable. Sur le plan commercial, Bouygues a été en pointe dans le lancement de la 4G, mais pour l'instant, ces offres à très haut débit n'ont pas eu autant de succès que prévu auprès des consommateurs. Par ailleurs, Martin Bouygues, le patron de Bouygues, a ouvert un deuxième front dans le fixe, avec une offre à 19,90 euros, dont le groupe se dit très satisfait, mais ce marché ne sera pas de nature à créer des emplois, selon les syndicats. En outre, Bouygues prévoit toujours de mutualiser son réseau mobile avec celui de SFR, un accord qui avait été scellé avant le rachat de SFR par Numericable. Enfin, des rumeurs d'un rapprochement de Bouygues Telecom avec son rival Free Mobile circulent sur les marchés ces dernières semaines, tandis que d'autres sources estiment au contraire que Bouygues, en passe de céder ses parts dans Alstom, pourrait se servir des sommes dégagées pour développer Bouygues Télécom de façon indépendante.