Suivi des Marchés: fin de semaine en baisse en Asie dans le sillage de Wall Street

  • A
  • A
Suivi des Marchés: fin de semaine en baisse en Asie dans le sillage de Wall Street
Partagez sur :

Les marchés ont été échaudés par une batterie de statistiques montrant un ralentissement de l'activité mondiale...

Sous l'emprise de la crainte d'un ralentissement économique mondial, l'Asie boursière recule ce matin... Après un vif repli hier soir à Wall Street (-1,9% pour le DJIA, -2,4% pour le Nasdaq), l'indice Nikkei cède 0,2% vers la fin de la séance à Tokyo, tandis que les autres marchés affichent des chutes plus prononcées. Hong Kong perd 1% en séance, le Shanghai Composite lâche 1%, Taiwan perd 0,8% et Séoul plonge de 2,2%. Sydney baisse de 1%, Singapour perd 0,4% et la Bourse de Bombay (indice BSE Sensex) cède 0,6%. Depuis hier, les marchés ont été échaudés par une batterie de statistiques montrant un ralentissement de l'activité mondiale : l'indice PMI flash de la zone Euro est resté en juin au plus bas depuis 3 ans, celui de la Chine s'est contracté pour le 8ème mois consécutif et l'indice de la Fed de Philadelphie s'est enfoncé dans le rouge pour la 1ère fois depuis 8 mois... Toujours aux Etats-Unis, les chiffres de l'emploi hebdomadaire ont aussi déçu et les ventes de logements existants ont baissé plus que prévu. Les investisseurs regrettent aussi que la Réserve fédérale américaine n'ait pas annoncé mercredi soir d'opération d'assouplissement de grande envergure ("QE3") et qu'elle ait revu en baisse ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, en citant la crise européenne comme facteur de danger. Face à la montée des risques, l'agence Moody's a annoncé hier soir la dégradation des notes de 15 grandes banques, dont Bank of America, Citigroup, JP Morgan Chase, Morgan Stanley, Goldman Sachs, BNP Paribas, Société Générale, Crédit agricole, UBS, Crédit Suisse et Deutsche Bank. Sur le marché des changes, la Roupie indienne est tombée ce matin à son plus bas niveau historique face au Dollar, et l'Euro s'est stabilisé à 1,2555$ (+0,05%) après avoir plongé de 1,2% hier sur fond de négociations difficiles entre dirigeants européens sur les solutions de sortie de crise... Le cours du pétrole, qui a dégringolé hier de 3,5%, regagne ce matin 0,4% à 78,53$ le baril de brut WTI. Les cours des matières premières reculent, notamment celui du caoutchouc, qui chute de 4% ce matin à Tokyo. Le no1 mondial du pneu, Bridgestone, a fait savoir qu'il comptait réduire sa production au second semestre pour s'ajuster à la crise en Europe et à la baisse de la demande chinoise. L'indice CRB des matières premières a abandonné 2,1% hier et perd désormais 12,5% depuis le 1er janvier et 18% depuis sont plus haut annuel de la fin février. Du côté des valeurs, l'action Bridgestone cède 1,4% à Tokyo, tandis que les constructeurs automobiles évoluent en ordre dispersé : Toyota gagne 0,1%, Nissan perd 1,6% et Honda gagne 0,9%. Les géants miniers accusent le coup, anticipant une baisse de la demande mondiale : -2,5% pour BHP Billiton, -1,8% pour Rio Tinto à Sydney, -1,7% pour Jiangxi Copper et -3,2% pour le groupe pétrolier chinois Cnooc à Hong Kong. Enfin, à Séoul, Samsung Electronics plonge de 3% après une note de JPMorgan Chase, qui estime que le géant des télécoms et de l'électronique n'atteindra pas ses objectifs de bénéfices cette année.