Stéphane Le Foll appelle la grande distribution à la raison face à la crise de l'oeuf

  • A
  • A
Stéphane Le Foll appelle la grande distribution à la raison face à la crise de l'oeuf
Partagez sur :

Le ministre de l'Agriculture appelle les acheteurs à ne pas profiter d'une période difficile pour les acheteurs...

Alors que les producteurs ont détruit plusieurs centaines de milliers d'oeufs ces derniers jours afin de protester contre la baisse des cours, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a appelé la grande distribution à la raison. "Ne pas exercer de pressions" "Il faut faire passer un message aux acteurs (...) en particulier aux acheteurs (...) on ne peut pas profiter d'un moment où il y a des difficultés (...) pour continuer à exercer une pression sur les prix", a-t-il déclaré ce midi sur 'France Inter'. "Je n'ai aucun moyen (de pression) si ce n'est d'appeler (...) la grande distribution à la responsabilité" pour réguler la production, a ajouté le ministre qui doit participer mardi à une réunion organisée à sa demande par le préfet de Bretagne. Alors qu'en moyenne, le producteur dépense autour de 7 euros pour produire 100 oeufs, ce dernier les vend un peu moins de 5 euros à la grande distribution, a expliqué sur la même antenne, le président de la section oeufs de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne et des Pays de Loire (UGPVB), Yves-Marie Beaudet. La recherche de solutions à long terme "Au delà il faudra qu'il y ait une discussion pour trouver les solutions et éviter de rester dans cette situation de surproduction", a ajouté Stéphane Le Foll. La FNSEA réclame notamment des mesures d'accompagnement de la part du gouvernement. "La filière s'est mobilisée pour réduire le surplus de production en prenant des décisions courageuses comme l'allongement des vides techniques et des abattages anticipés de poules pondeuses", explique-t-elle. Les mesures prises nécessitent du temps pour produire leurs effets. La FNSEA appelle donc les pouvoirs publics à "soulager la trésorerie des producteurs", au moins temporairement.